• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

A Athies-sous-Laon, la préfecture autorise le projet de méthaniseur malgré l'opposition des riverains

Les opposants au projet de méthaniseur à Athies-sous-Laon ont manifesté samedi 2 mars avant la décision du préfet. / © France 3 Picardie
Les opposants au projet de méthaniseur à Athies-sous-Laon ont manifesté samedi 2 mars avant la décision du préfet. / © France 3 Picardie

La préfecture a donné mardi 2 avril son autorisation pour la réalisation et l'exploitation d'une usine de méthanisation à Athies-sous-Laon (Aisne), malgré la mobilisation de l'association Arivelac et des habitants contre ce projet, depuis cinq ans.

Par Aurélia Abdelbost

La préfecture de l'Aisne annonce mardi 02 avril avoir signé l’arrêté autorisant la réalisation et l’exploitation d’un méthaniseur de déchets sur le territoire de la commune d’Athies-sous-Laon. Un projet très controversé. Depuis cinq ans, l'association Arivelac, les habitants et les élus de la commune sont vent debout contre la création de cette usine. 
 

"Nous ne sommes pas contre la méthanisation en tant que tel. Produire, à partir de déchets, du biogaz réinjecté dans le réseau GRDF, c'est merveilleux ! Mais pas à cet endroit-là, à deux encablures des habitations, en zone périurbaine", expliquait Yves Brun, maire de la commune lors de la mobilisation des riverains contre le projet, le 2 mars 2019.
 

Risque de nuisances

La préfecture explique dans un communiqué avoir analysé le projet en détail : "Une instruction a commencé en septembre 2014 et a permis de vérifier que le projet présenté répondait à l’ensemble des contraintes réglementaires et techniques, en matière de protection de l’environnement." Une enquête publique s’est également déroulée du 13 septembre 2017 au 27 octobre 2017.

Les principales réserves des habitants concernent d'éventuelles odeurs, les passages de camions ou encore les risques de pollution de la nappe phréatique. 30.000 tonnes de déchets, dont une partie viendrait de l'extérieur, alimenteraient le méthaniseur.
 

Un "suivi attentif"

Pour répondre à ces préoccupations, la préfecture propose la réalisation d’une étude d’odeur une fois le site mis en service, avec la mise en place d’actions correctrices le cas échéant, la réalisation d’une étude géotechnique, afin de choisir la meilleure façon d’imperméabiliser les zones sensibles du site et la réalisation d’une étude hydrogéologique. Les services de l'Etat assurent qu'il y aura "suivi attentif". Au mois de mars, les opposants prévoyaient de déposer un recours devant le tribunal administratif en cas de revers.

 

Sur le même sujet

Périnne Diot, interprète Français - langue des signes française

Les + Lus