Attentats de Bruxelles : six suspects maintenus en détention dont Abrini

Mohamed Abrini est l'homme au chapeau, suivi dans la ville par les caméras de surveillance / © FEDERAL POLICE / BELGA / AFP
Mohamed Abrini est l'homme au chapeau, suivi dans la ville par les caméras de surveillance / © FEDERAL POLICE / BELGA / AFP

La justice belge a prolongé jeudi la détention de six hommes inculpés dans l'enquête sur les attentats du 22 mars à Bruxelles, dont celle de Mohamed Abrini, également mis en cause dans les attaques du 13 novembre à Paris, a annoncé le parquet fédéral.

Par avec AFP

Mohamed Abrini, un Belge d'origine marocaine âgé de 31 ans, avait reconnu le 9 avril, au lendemain de son arrestation à Bruxelles, être le troisième homme accompagnant les deux kamikazes de l'aéroport.

Les cinq autres suspects dont la détention a également été prolongée d'un mois avaient aussi été arrêtés début avril dans plusieurs communes de l'agglomération bruxelloise. Ils sont mis en cause à des degrés divers dans la préparation et la commission des attentats. Il s'agit d'Osama Krayem, un Suédois d'origine syrienne âgé de 23 ans, et des Belges Hervé B.M., 31 ans, Bilal El Makhoukhi, 27 ans, ainsi que Smaïl et Ibrahim Farisi, respectivement 31 et 27 ans. Ces deux derniers, issus de la même fratrie, sont soupçonnés d'avoir "nettoyé" une des planques des kamikazes du 22 mars située dans la commune bruxelloise d'Etterbeek.

Quant à Osama Krayem il est soupçonné d'avoir acheté les sacs utilisés pour les attaques du 22 mars à l'aéroport et dans le métro de Bruxelles (32 morts). Filmé par des caméras de vidéosurveillance en compagnie du kamikaze du métro quelques minutes avant l'explosion, il aurait renoncé à se faire également exploser. Le Suédois se serait en outre débarrassé dans les toilettes de la planque d'Etterbeek du contenu explosif du sac à dos qu'il  transportait dans le métro, avaient rapporté il y a deux semaines plusieurs médias belges.

C'est la chambre du conseil du tribunal de Bruxelles, une juridiction d'instruction siégeant à huis clos, qui a décidé de leur maintien en détention. "S'ils font appel de cette décision, ils comparaîtront devant la cour d'appel dans les quinze jours", précise le parquet fédéral dans un communiqué.


Abrini vers la France ?

Comme son ami d'enfance Salah Abdeslam, suspect-clé des attentats de Paris (130 morts), arrêté à Bruxelles le 18 mars et transféré de Belgique en France le 27 avril, Mohamed Abrini intéresse aussi la justice française dans le cadre de l'enquête sur ces attaques également revendiquées par  l'organisation Etat islamique.

Le mandat d'arrêt européen qui le vise a été officiellement transmis en avril à la justice belge, a-t-on appris de source judiciaire française. Cela ne présage pas forcément d'un transfèrement imminent vu son degré d'implication dans le dossier belge.

L'avant-veille des attentats de Paris, Mohamed Abrini avait été filmé en compagnie de Salah Abdeslam dans une station-service de l'Oise (nord de Paris). Les deux hommes circulaient dans une voiture utilisée ensuite pour convoyer des membres des commandos.

Sur le même sujet

Les + Lus