Auchan voit de premiers signes de "redressement" malgré une perte creusée en 2019

Publié le Mis à jour le
Écrit par AFP

Auchan holding a communiqué sur ses comptes 2019. La situation reste compliquée pour l'enseigne nordiste.

La holding du distributeur Auchan, qui a lancé il y a un an un vaste plan de "redressement" de son activité distribution, a estimé vendredi voir déjà les "premiers résultats ", notamment en terme de rentabilité, malgré l'aggravation de sa perte nette en 2019.

L'an dernier, la perte annuelle part du groupe a atteint 1,286 milliard d'euros,  une chute de 12,3% par rapport à 2018, a précisé la holding dans un communiqué. Pour Edgard Bonte, président d'Auchan Retail, ce sont les cessions en cours - les activités distribution en Italie principalement, qui accusaient de "lourdes pertes", et au Vietnam, ainsi que la vente de 50,1% du capital de sa banque Oney - qui "ont des effets significatifs sur notre résultat net et pèsent sur nos comptes alors que presque tous nos indicateurs se sont améliorés".

Mais "nous sommes au rendez-vous de nos objectifs, c'est à souligner car cela n'a pas été si fréquent que ça ces dernières années chez Auchan",
a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse. Hors ces éléments "exceptionnels qui pèsent très lourd sur les comptes", le résultat net des activités "poursuivies" est positif, avec un bénéfice qui a atteint 432 millions d'euros, a précisé le directeur financier de la holding, Xavier de Mézerac.

France et Russie en repli


Le produit des activités ordinaires du groupe nordiste - l'équivalent de son chiffre d'affaires -, s'est pour sa part établi en 2019 en repli de 1,6% à 46,415 milliards d'euros. "Nos revenus sont en progression dans neuf des 12 pays" dans lesquels le groupe est présent, a précisé M. Bonte, seules la France (-2%), qui pèse pour 38% du chiffre d'affaires total, et la Russie (-5%), étant en recul, tandis que l'Espagne est stable.

Concernant la Russie, M. Bonte a admis vendredi qu'Auchan avait été confronté à de la corruption dans ce pays, mais affirmé qu'elle avait "été traitée", alors que Les Echos ont évoqué dans une enquête une affaire qui "menace la viabilité financière" de la filiale locale du groupe.

Selon cet article, "le juriste qui était chargé de faire le ménage a été écarté après avoir été brutalement attaqué" et ce dernier a assuré qu'"entre 80 et 100 millions d'euros, soit de 2 à 3% du chiffre d'affaires réalisé en Russie, sont siphonnés chaque année".

Au niveau du groupe, le résultat opérationnel courant (ROC), l'indice de référence de la grande distribution, a plus que doublé, à 929 millions d'euros.
Propriété de l'Association familiale Mulliez, Auchan Holding s'est désormais recentré sur deux pôles: la distribution (Auchan Retail) et l'immobilier (Ceetrus). Ancien de chez Kiabi, une enseigne de la galaxie Mulliez qu'il a contribué à redresser, Edgard Bonte a avait été nommé à la tête d'Auchan
Retail au printemps 2019.

Pour lui, "les résultats d'Auchan Retail se sont redressés" l'an dernier, notamment sa rentabilité, "conformément aux engagements pris en mars
2019"
lors de l'annonce d'un vaste plan baptisé "Renaissance" et qui "délivre ses premiers résultats".
 

Pas de dividende


Fin avril, le groupe avait ainsi lancé la cession de 21 sites en France, "qui étaient sans perspective réaliste de retour à la rentabilité", concernant entre
700 et 800 salariés. D'autres magasins ont été cédés ou fermés dans d'autres pays, dont 30 en Russie et 17 en Espagne.

Quant au plan de départs volontaires (PDV), lancé en janvier dernier au sein des fonctions supports au siège d'Auchan Retail et qui doit conduire à la suppression nette de 517 emplois, "il suit son cours".

"La vraie victoire cette année, c'est notre marge commerciale qui gagne 1,1 point grâce à un meilleur +mix produits+ (montée en gamme, NDLR), une meilleure maîtrise de notre démarque et une optimisation de nos frais", a souligné M. Bonte, qui a précisé que 86% du chiffre d'affaires total d'Auchan était encore le fait de ses hypermarchés.

Compte tenu de ces résultats, "Auchan Holding réaffirme sa volonté de réduire son endettement grâce à l'amélioration de son activité, des cessions d'actifs déjà engagées et le soutien de ses actionnaires qui renoncent au versement de dividende pour 2020 et 2021", précise l'entreprise.

Néanmoins, souligne-t-elle, "l'évolution des résultats économiques est (...) dépendante des conséquences du Covid-19 sur l'économie en Chine et les résultats de Sun Art Retail (son partenaire en Chine, NDLR), qu'il est prématuré d'évaluer, ainsi que dans les autres pays d'Auchan Retail et de Ceetrus".