Auchan annonce la suppression de plus de 1000 postes

L'enseigne nordiste Auchan a annoncé ce mercredi la suppression de 1088 postes dans ses magasins.

© F.GILTAY
Après les départs volontaires (517 en 2020), les fermetures de magasin (21 en 2019), Auchan continue à réduire sa voilure pour tenter de se sortir des difficultés économiques. Lors d'un CSE extraordinaire qui a lieu depuis ce mardi à Hem (Nord), la direction de l'enseigne nordiste a annoncé ce mardi la suppression de 1088 emplois. Objectif  : "Adapter son organisation aux nouvelles attentes des consommateurs et des citoyens", selon les mots de la direction d'Auchan Retail.

Jusque-là, les salariés des magasins n'étaient pas concernés. Cette fois, les suppressions de postes les concernent : 1475 suppressions (dont 10 postes vacants) sont annoncées (magasin, services après-vente, back-office). 377 postes seront créés en parallèle. 

"Le métier d'hôte et d'hôtesse de caisse n'est pas concerné par des suppressions d'emploi"

Pour "passer à la deuxième phase de son plan de transformation", le groupe s'appuie "sur l'adaptation de l'organisation des hypermarchés, de la chaîne marchandise et du service après-vente" et sur "la proximité digitale, axe qui pourrait permettre la création de 600 postes environ." L'entreprise veut "doubler le chiffre d'affaires alimentaire en commerce digital" d'ici 2022 et entend "instaurer un pilotage unifié de la chaîne de marchandise, du fournisseur jusqu'au client", "accélérer la digitalisation de l'offre Auchan et des parcours de courses des clients" et "mutualiser les métiers supports en hypermarché".
Plan de "transformation" chez Auchan : 1088 emplois supprimés
"Le métier d'hôte et d'hôtesse de caisse n'est pas concerné par des suppressions d'emploi", souligne-t-elle. L'entreprise veut en outre fermer l'atelier de découpe de viande de Lieusaint (Seine-et-Marne), qui emploie 57 personnes. "La digitalisation du service après-vente permettrait de renforcer l'autonomie du client dans la prise en charge et de répondre au recul du marché de l'électronique grand public qui a entraîné la baisse d'activité du SAV de 45% en 10 ans", avance Auchan Retail France, ce qui "entraînerait la fermeture de 9 des 11 centres de réparation (ceux d'Aubagne et Trappes seraient conservés) et la suppression des accueils SAV en hypermarché".

Un modèle en perte de vitesse

Le groupe de distribution avait déjà annoncé un premier volet de son plan de "redressement" au printemps 2019, avec la cession de 21 sites concernant potentiellement entre 700 et 800 salariés. Puis lancé en janvier un plan de départs volontaires, qui ne concernaient pas les magasins, avec la suppression de plus de 500 postes.

Le modèle économique d'Auchan repose majoritairement sur les hypermarchés, aujourd'hui en perte de vitesse face aux nouvelles habitudes de consommation qui voient les clients se tourner, pour leurs courses alimentaires, vers des supermarchés de proximité notamment et, pour leurs achats non-alimentaires, vers des enseignes spécialisées ou internet. .

"Pire" que redouté

"Sur des services comme le SAV, on ne s'attendait pas à autant", a réagi Christophe Delay (FO). "Sur les caisses, ils minimisent mais c'est la fin de tous les CDD et, à terme, on sait que cela aura un impact, d'ici deux-trois ans, avec 70% des caisses classiques qui disparaissent. C'est pire que ce qu'on pensait", a-t-il ajouté. "Pour les salariés pleinement mobilisés durant la crise sanitaire malgré les risques pour leur santé et celle de leurs familles, cette annonce est un véritable choc ! Voici comment Auchan leur offre sa reconnaissance", a ajouté la fédération FGTA-FO dans un communiqué."Les héros du Covid dépités", écrit Guy Laplatine (CFDT) dans un communiqué. La CFDT a commandé une expertise sur ce PSE et demande à la famille Mulliez (propriétaire d'Auchan) de limiter les suppressions d'emploi et de créer des "passerelles inter-enseignes à l’échelle de son groupe" pour reclasser les salariés.Dès décembre 2019, ce chiffre de 1000 suppressions d'emplois circulait dans l'entreprise nordiste mais il n'avait pas été confirmé à l'époque. Fin août, Auchan avait annoncé un redressement notable de ses comptes. 77 millions d'euros de perte nette au premier semestre 2020, c'est deux fois moins qu'un an plus tôt pour Auchan Holding. Selon les résultats transmis par l'entreprise, au premier semestre 2020, la rentabilité a progressé de 79%, mais le résultat opérationnel reste négatif, le chiffre d'affaires digital représente, quant à lui, désormais 12% du chiffre d'affaires total sur le semestre (soit une croissance de 33%).

"La dynamique impulsée depuis plusieurs mois délivre des premiers résultats encourageants mais fragiles et insuffisants. Néanmoins, nous sommes dans la bonne direction, direction confirmée par les enseignements de la crise sanitaire", souligne Jean-Denis Deweine, directeur général d'Auchan Retail France, cité dans le communiqué.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
auchan économie entreprises