C'est un pari osé qui aurait pu tourner au drame. Samedi après-midi, un vendeur de cigarettes électroniques à Montignies-sur-Sambre, près de Charleroi (Belgique), a reçu la visite de six hommes qui voulaient le braquer, rapporte notamment Sudpresse.
 

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Cliquez ici pour accéder au site mobile.

 

"C'est à 18h30 qu'il faut me braquer !"


Face à deux de ces hommes qui exhibent des armes et se servent dans les rayons, Didier assure avoir tenté un gros coup de bluff. "Je leur dis clairement : c'est pas à 15 heures qu'on braque, c'est à 18h30 qu'il faut me braquer !"​​​​​​ 
 
Il appelle ensuite la police pour demander un renfort de policiers en civils. "La police me dit : 'Monsieur, ils vont jamais revenir, c'est pas possible !'" rapporte-t-il. "Ils me demandent : 'Sous quel prétexte vous pensez que oui ?' Je réponds : 'Je suis bon vendeur et je pense que je suis pas sur des lumières..."
 

Sur les images de vidéosurveillance que se sont procuré nos confrères de RTL.be, on peut voir les braqueurs partir, puis revenir un peu plus tard. Nouveau coup de bluff de la part du gérant, qui dit avoir gagné du temps avant l'arrivée de la police. "Je sors du bureau et je l'engueule en disant 'Il faut t'acheter une montre ! 18h30, c'est pas 17h30 !' Et ils repartent !"

Lorsque les hommes se rendent pour la troisième fois dans la boutique, la police est là et cinq hommes sont interpellés, rapporte RTL.be, dont un mineur qui a été placé en centre fermé – où sont détenus les jeunes délinquants en Belgique.

 

On peut très bien avoir une scène de ce genre là qui dégénère avec une prise d'otage !


L'histoire peut prêter à sourire, mais elle aurait pu mal se terminer, souligne le procureur de division du parquet de Charleroi Vincent Fiasse auprès de nos confrères. "Quand on prévoit qu'une agression va avoir lieu, il faut mettre un dispositif en place, ça ne se fait pas du jour au lendemain" martèle-t-il. "On peut très bien avoir une scène de ce genre là qui dégénère avec une prise d'otage."