Belgique : fin des poursuites contre Eddy Merckx dans un dossier de corruption

L'ex-champion cycliste belge Eddy Merckx ne sera pas jugé dans le dossier pour corruption active dans lequel il avait été inculpé en 2012, concernant la vente de vélos à la police de la commune bruxelloise d'Anderlecht, les faits étant prescrits, a-t-on appris mercredi auprès du parquet.
Eddy Merckx, le 25 octobre 2018 à Paris.
Eddy Merckx, le 25 octobre 2018 à Paris. © MAXPPP
"La chambre du conseil a ordonné l'extinction de l'action pour prescription", a expliqué le parquet, confirmant une information du quotidien La Dernière Heure.

L'avocat du quintuple vainqueur du Tour de France et légende du cyclisme mondial, Me Romain Delcoigne, a confié son "soulagement" mais s'est refusé à tout autre commentaire.

Selon La Dernière Heure, Merckx, âgé aujourd'hui de 73 ans, aurait été informé par le commissaire de police d'Anderlecht, Philippe Boucar, de l'existence d'un projet de marché de 48 vélos à fournir en 2006 et 2007 à la police locale.


12 autres personnes inculpées


A l'époque à la tête d'une entreprise de cycles portant son nom, l'ancien champion aurait, grâce à ce commissaire, eu connaissance des prix proposés par ses concurrents et auraient donc pu adapter son offre pour remporter ce marché public. Le commissaire, ainsi que son épouse, auraient en retour obtenu des vélos haut de gamme à un "prix avantageux", selon la DH.

Le quotidien précise que ce dossier fait partie d'une enquête plus vaste portant sur plusieurs faits de corruption, dans laquelle douze autres personnes ont été inculpées.

Eddy Merckx, considéré comme le plus grand cycliste de l'histoire, s'était reconverti en créant sa propre usine de cycles à la fin des années 1970, avant de vendre sa société à un homme d'affaires belge en 2008. Il est totalement sorti du capital en 2014.
  

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
belgique international cyclisme sport corruption faits divers