• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

En Belgique, le manque de soleil bat des records

© fouad JM فواد
© fouad JM فواد

Avec près de 10h30 d'ensoleillement, la Belgique a connu un des mois de décembre les plus sombres depuis presque un siècle et demi. 

Par Q.V avec AFP

Il n'y a pas que le Nord et le Pas-de-Calais qui manquent cruellement de soleil. Vent, nuages, pluie s'enchaînent en Belgique, mais toujours pas de rayons à l'horizon: la Belgique a connu en ce début d'hiver un des pires déficits d'ensoleillement de son histoire.

Sombre décembre


Avec 10 heures et 31 minutes d'ensoleillement recensées à la station météo d'Uccle, à Bruxelles, le mois de décembre 2017 a été "le deuxième mois le plus sombre depuis 1887", quand ont débuté les relevés, selon l'Institut royal météorologique (IRM) de Belgique.

Seul décembre 1934 avait connu une luminosité encore plus faible avec 9h31 d'ensoleillement, précise David Dehenauw, chef prévisionniste à l'IRM et "Monsieur Météo" sur plusieurs télévisions belges.


Décembre étant le mois du solstice d'hiver, "avec des jours très courts, on a beaucoup plus de chances d'avoir un mois très sombre" qu'à n'importe quel autre moment de l'année, pousuit M. Dehenauw.

Une "dépression saisonnière"


Janvier 2018 sera forcément plus ensoleillé que décembre 2017. Non seulement les jours rallongent mais sur la seule journée du dimanche 14 janvier, huit d'heures d'ensoleillement ont été enregistrées par l'IRM à Bruxelles.

Quand on s'expose à la lumière au matin, ça inhibe la sécrétion de mélatonine qui favorise le sommeil


Selon des spécialiste de la santé, ce déficit de luminosité peut entraîner une "dépression saisonnière", dont les symptômes sont notamment une plus grande fatigue.

"Quand on s'expose à la lumière au matin, ça inhibe la sécrétion de mélatonine qui favorise le sommeil et ça favorise plutôt la production d'hormones qui vont booster" l'organisme, a expliqué le Dr Matthieu Hein, psychiatre à l'hôpital Erasme à Bruxelles. Alors qu'en l'absence de lumière, a-t-il souligné, "on reste plutôt ralenti, fatigué, ce qui est caractéristique de la dépression saisonnière".

A lire aussi

Sur le même sujet

Enquêtes de région : “Notre cher patrimoine”

Les + Lus