• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

CARTE. Hauts-de-France : y a-t-il des déchets nucléaires près de chez vous ?

Les déchets radioactifs ne se concentrent pas seulement autour des centrales nucléaires. / © PATRICK HERTZOG / AFP
Les déchets radioactifs ne se concentrent pas seulement autour des centrales nucléaires. / © PATRICK HERTZOG / AFP

Une carte de l'ONG Greenpeace, publiée mardi 28 mai, révèle les lieux de stockage des déchets radioactifs, mais aussi leurs lieux de passage par convois routiers ou ferroviaires. Dans les Hauts-de-France, trois villes sont concernés : Gravelines, Amiens et Saint-Quentin.

Par Margot Desmas

Si les riverains de la centrale de Gravelines savent à quoi s'en tenir, les habitants d'Amiens et de Saint-Quentin ignorent peut-être que des déchets nucléaires passent régulièrement près de chez eux. Un ensemble de données recueilli par l'ONG Greenpeace montre l'accumulation des déchets radioactifs dans toute la France : près d'un million de mètres cubes sur tout le territoire.
 

Sur cette carte publiée en début de semaine, on peut voir différentes manière de représenter les déchets nucléaires en fonction de s'ils sont entreposés à un endroit fixe, s'ils transitent par convois routiers ou ferroviaires. Dans les Hauts-de-France, tous ces cas de figure se présentent autour de trois lieux : Gravelines, Amiens et Saint-Quentin.

 

Transports à "très forts enjeux de sûreté"


Deux types de convois routiers passent en Picardie, d'après les observations de l'ONG : certains, en provenance de La Hague, transportent du plutonium issu du retraitement à destination du site de Marcoule, où sont démantelées installations nucléaires arrivées en fin de vie. Et à l'inverse, ces convois transportent des rebuts de Mox (un mélange de plutonium et d’uranium) du site occitan vers l'usine de retraitement normande en empruntant l'A29, dans la Somme et l'Aisne.
 
Les militants de Greenpeace ont observé les convois nucléaires par camions ou par trains en Picardie. / © Pierre Gleizes / Greenpeace
Les militants de Greenpeace ont observé les convois nucléaires par camions ou par trains en Picardie. / © Pierre Gleizes / Greenpeace

Environ 19 000 transports de substances radioactives en lien avec l’industrie électro-nucléaire ont lieu chaque année en France, selon l'Autorité de sûreté nucléaire. Et parmi les convois à "très forts enjeux de sûreté" : les transferts de combustibles irradiés des centrales nucléaires vers l’usine de retraitement de La Hague (dans la Manche), comme ceux qui passent en Picardie, estime l'ASN.

"Ces matières et déchets radioactifs circulent de leur lieu de production à un lieu d’entreposage ou de stockage à un autre, souvent à l’insu des riverains", dénonce Greenpeace qui dénonce cette situation. De telles données avaient déjà été publiées par l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), mais l'ONG estime ce travail incomplet. "L’Andra mélange les torchons et les serviettes en y incluant par exemple des déchets issus des activités médicales", explique Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire auprès de Greenpeace France au Parisien.

Alors qu'un débat public sur la gestion des déchets radioactifs a été relancé mardi 28 mai, Greenpeace redouble d'efforts pour inviter "chaque citoyen.ne à faire entendre sa voix". Des dizaines de réunions publiques vont se tenir dans toute la France, notamment à Lille ce mardi, et l'ONG qui milite pour la protection de l'environnement espère maintenant que "l’industrie nucléaire ne soit pas la seule à s’exprimer".

 

Déchets stockés provisoirement à Gravelines


La centrale nucléaire de Gravelines n'échappe pas au rapport de Greenpeace qui énumère : "En plus des déchets nucléaires de faible et moyenne activité, y sont entreposés les combustibles usés hautement radioactifs, sortis des réacteurs et acheminés par train à l’usine de la Hague".
 
© Andra
© Andra

Plusieurs catégories de déchets émanent de la centrale, les plus dangereux étant ceux de moyenne activité à vie longue (MA-VL). D'une durée de vie de quelques milliers à quelques centaines de milliers d’années, ils sont destinés à être stockés définitivement dans un centre adapté (Cigéo) construit dans une couche d'argile située à environ 500 mètres de profondeur. Problème : un tel centre n'a pas encore été construit. Et pour cause, il doit être implanté sur le site hautement décrié de Bure (Meuse).
 

En attendant, "ils sont entreposés de manière sûre dans des installations spécifiques, sur leur site de production", explique l'Andra. On peut lire dans le relevé des activités radiologiques de la centrale de Gravelines que ce type de déchets est stocké en piscine.

 

Bientôt un EPR ?


Mais le site nordiste, construit dans les années 1980, revient souvent dans l'actualité en raison de son âge avancé : il atteindra bientôt sa quarantième année de fonctionnement. EDF, qui détient la centrale, commence donc à penser à la suite. En 2021, ses six réacteurs entameront leur quatrième campagne de visites décennales, qui validera (ou non) la poursuite de l'exploitation pendant dix ans. Et cette même année, l'Etat doit donner son accord à la construction d'un nouvel EPR (Evolutionary Power Reactor) en France.

Un projet soutenu par le président des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, qui a déclaré le site de Gravelines candidat, relate Le Courrier Picard"Là au moins, il y a des emplois. Et non seulement c’est de l’indépendance énergétique, mais en plus c’est une facture qui reste basse pour les entreprises, comme pour les particuliers. Oui je souhaite un EPR dans la région. Parce que je me projette au-delà des 5 ou 10 ans qui viennent", a-t-il déclaré auprès de nos confrères.
 

Ce projet de construction d'un nouveau réacteur nucléaire doit commencer en France en 2022 pour une mise en service moins de dix ans plus tard dans l'une des 19 centrales françaises. Le premier EPR français est en cours de construction à Flamanville (Manche), mais le chantier ne cesse de prendre du retard et les coûts d'augmenter. La facture, qui a déjà été multipliée par trois, pourrait encore augmenter si le chantier prenait de nouveau du retard.

L'EPR pour lequel Gravelines se porte candidate est un nouveau modèle, plus facilement constructible selon EDF. Reste à savoir si la centrale sera retenue pour devenir le second site français avec ce réacteur nouvelle génération.

 

Sur le même sujet

Périnne Diot, interprète Français - langue des signes française

Les + Lus