Comines : un Gilet jaune interpellé chez lui pour avoir insulté une policière dans une vidéo qui circule sur les réseaux

Un Gilet jaune de 52 ans a été interpellé tôt ce jeudi à son domicile puis placé en garde à vue, suite à des propos injurieux qu'il aurait tenus à l'égard d'une policière lors devant le commissariat de Lille le 22 janvier, lors d'une manifestation de soutien à un autre gilet jaune gardé à vue.

Rassemblement de soutien à Alexandre Chantry, Gilet jaune gardé à vue au commissariat central de Lille le 22 janvier 2019.
Rassemblement de soutien à Alexandre Chantry, Gilet jaune gardé à vue au commissariat central de Lille le 22 janvier 2019. © Maëlys Septembre - France 3
C'est dans une vidéo tournée le 22 janvier devant le commissariat de Lille, alors que des Gilets jaunes s'étaient rassemblés pour soutenir un de leurs leaders Alexandre Chantry alors en garde à vue pour organisation d'une manifestation non-déclarée, qu'un participant aurait été identifié par la police comme étant l'auteur d'insultes et de "propos dégradants" à l'égard d'une policière, selon une source proche de l'enquête.

Arnaud Lautner, père de famille de 52 ans, a été interpellé à son domicile de Comines (Nord) tôt ce jeudi 24 janvier, puis conduit au commissariat central de Lille sous le régime d'une garde à vue. "Ils sont venus à 6h45 ou 7h. Ils ont voulu rentrer et ils ne m'ont pas dit pourquoi ils l'arrêtaient, raconte Laetitia Bonnel, compagne du gardé à vue. Ils ont demandé son gilet jaune, ses clefs, son téléphone et un pantalon de survêtement qui était dans la machine à laver... le pantalon qu'il met à chaque manifestation. C'est une interpellation abusive". Le téléphone de M. Lautner a également été saisi par les policiers.
Comines : un Gilet jaune interpellé chez lui pour avoir insulté une policière dans une vidéo


Outrage


Arnaud Lautner, accompagné d'un avocat, doit répondre de faits d'outrage à personne dépositaire de l'autorité publique et atteinte à la vie privée. Une policière du commissariat aurait été filmée, notamment "certaines parties de son corps", avec des "propos dégradants" selon la même source. Des images qui auraient été diffusées publiquement sur les réseaux sociaux. 
 
Rassemblement de soutien à Arnaud Lautner, Gilet jaune gardé à vue au commissariat de Lille le jeudi 24 janvier.
Rassemblement de soutien à Arnaud Lautner, Gilet jaune gardé à vue au commissariat de Lille le jeudi 24 janvier. © Frédéric Giltay - France 3

Alexandre Chantry, qui était lui-même gardé à vue il y a deux jours, est devant le commissariat avec une vingtaine de personnes pour soutenir Arnaud Lautner. Selon cette figure lilloise des Gilets jaunes, "ils essayent de faire peur à beaucoup de monde, en faisant des interpellations au compte-goutte. En plus là c'est vraiment chez lui qu'ils viennent le chercher. Il doit clairement faire partie du -fichage jaune-". M. Chantry y voit une "criminalisation de la lutte" et constate "un premier durcissement par la voie répressive pendant les manifestations, et là on a un a un durcissement judiciaire".
 
Le 15 janvier dernier, un gilet jaune avait été interpellé et placé en garde à vue à Somain pour avoir insulté des policiers lors d'un Facebook Live tourné durant une manifestation le 27 décembre. L'homme est lui aussi poursuivi pour "outrage sur personne dépositaire de l'autorité publique" mais également pour "diffamation envers une administration par voie électronique", à cause de statuts Facebook anti-police publiés sur son mur.
 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gilets jaunes société