Coronavirus : le moral des entreprises des Hauts-de-France en berne après un troisième trimestre inquiétant

Ce jeudi 1er octobre, la Chambre de commerce et d'industrie dévoilait son enquête trimestrielle auprès des patrons des Hauts-de-France. Baisse de chiffre d'affaires, problèmes de trésorerie, chute de la fréquentation : les dirigeants de la région envisagent l'avenir avec pessimisme.

Certains restaurateurs ont divisé par trois leur fréquentation depuis la réouverture
Certains restaurateurs ont divisé par trois leur fréquentation depuis la réouverture © FRANCE 3
Sans surprise, le moral des patrons des Hauts-de-France n'est pas au beau fixe. C'est le constat que dresse la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) dans son bilan d'enquête trimestriel auprès des chefs d'entreprises de la région, paru ce jeudi 1er octobre. Au terme d'une saison estivale maussade, 34 % des dirigeants estiment que leur activité lors de ce troisième trimestre a été mauvaise.
   

La restauration et l'hôtellerie fortement impactées

Naturellement, c'est dans la restauration et l'hôtellerie que le marasme ambiant se fait le plus cruellement ressentir. Dans ce secteur, où plus d'une entreprise sur trois déplore des problèmes de trésorerie, 71 % des patrons indiquent une baisse du chiffre d'affaires. Tout est lié : ces mêmes restaurateurs sont les premiers à se plaindre d'une baisse de fréquentation de leur établissement, dûe au renforcement des mesures pour lutter contre le coronavirus.

Les services, aux entreprises comme aux particuliers, sont eux aussi fortement impactés : ils enregistrent les baisses de chiffre d'affaires les plus conséquentes (autour de 45 %), suite logique de la précédente enquête publiée en juin. Ils semblent également souffrir d'une baisse de fréquentation et de problèmes de trésorerie quasiment similaires à la restauration.

À l'inverse, ce sont les secteurs de la construction et du transport logistique qui s'en tirent le moins mal, avec des baisse de chiffre d'affaires avoisinant les 30 % et des reculs d'effectifs moindres.
 

Pas d'amélioration en vue

Ces mauvais résultats d'une période estivale inquiétante n'invitent pas les entrepreneurs à l'optimisme pour le dernier trimestre de l'année. Plus d'un patron sur trois envisage une détérioration de ses activités d'ici la fin de l'année tandis que près d'un dirigeant sur deux anticipe des difficultés financières sur les trois prochains mois. Alors que les mesures sanitaires se renforcent, 16 % des entreprises craignent pour la pérennité de leur affaire.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région hauts-de-france économie