A 16 ans, ce jeune Leulinghenois est déjà chef d'entreprise

Gauthier Decroix gère une équipe de quatre personnes pour son entreprise Your Party / © France 3 Nord Pas-de-Calais
Gauthier Decroix gère une équipe de quatre personnes pour son entreprise Your Party / © France 3 Nord Pas-de-Calais

Gauthier Decroix a seize ans mais est déjà chef d'entreprise. Avec Your Party, sa start-up, ce jeune Leulinghenois espère aider ses futurs clients à organiser leurs événements. 
 

Par NJ avec Nicolas CARVALHO

Gauthier Decroix, originaire du Leulinghen-Bernes n'a pas le même quotidien que les jeunes de son âge. Une fois sa journée de cours terminée, il délaisse son habit d'écolier pour celui de chef d'entreprise. Il n'a que seize ans, mais a déjà créé sa start-up. "Your Party" souhaite faciliter l'organisation d'événements. 
Leulinghen-Bernes : Portrait d'un chef d'entreprise de 16 ans
Reportage de Nicolas Carvalho et de Guy Hayaert
Le premier contact se fait à travers un site web où le client doit indiquer ses besoins comme le nombre de personnes présentes ou le lieu de l'événement. "Une fois que vous aurez finalisé votre recherche, vous allez fixer un prix et on va vous proposer un prestataire près de chez vous" explique le jeune entrepreneur. 

La journée écolier, le soir chef d'entreprise

Un concept qui lui permet aujourd'hui de diriger une équipe de quatre personnes : des stagiaires ou des alternants... plus âgés que lui. Modeste, Gauthier Decroix refuse le titre de patron "Je dirai plus que je suis le fondateur. Je suis avec une équipe qui est là pour m'aider donc je suis toujours à l'écoute." La différence d'âge qui la sépare de son patron ne gêne pas Mélissa Adjou, alternante : "ça m'a un petit peu surprise au début, mais au final, je me suis rendue compte qu'il n'y avait aucune différence." 

Chef d'entreprise, Gauthier Decroix reste scolarisé en classe de première dans un lycée de Dunkerque. Habillé d'une veste de costard, il essaye de gérer au mieux ses deux quotidiens : "Je commence une journée de cours. A 16 heures, j'ai fini et je commence une nouvelle journée en tant que chef d'entreprise." Ce dédoublement entraîne certaines contraintes : "Toute la communication passe par le téléphone" explique Valentin Grain, un des stagiaires. Un moyen pas idéal, mais qui ne perturbe pas le développement de l'entreprise : "On y arrive très bien aussi." 

Malgré une vie professionnelle déjà entamée, ce jeune start-upper tient à poursuivre sa scolarité et décrocher son bac avant de se lancer pleinement dans son entreprise. 

Sur le même sujet

Les + Lus