Brexit : une députée britannique rêve d'un feu d'artifice et d'une bannière à Douvres, visibles depuis la France

Les côtes anglaises depuis Audinghen. / © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3 NORD PAS-DE-CALAIS
Les côtes anglaises depuis Audinghen. / © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3 NORD PAS-DE-CALAIS

Pour le Brexit, une députée britannique rêve d'un feu d'artifice visible de la France

Par AFP

Un feu d'artifice visible de la France et une bannière à la gloire du Royaume-Uni sur les falaises de Douvres : une députée conservatrice britannique a exprimé ses rêves de grandeur pour marquer le départ des Britanniques de l'Union européenne le 31 janvier.

Dans la circonscription de Douvres, "les gens ont voté à une écrasante majorité pour sortir de l'Union européenne et regagner notre place comme une nation indépendante dans le monde", a expliqué Natalie Elphicke, une avocate élue pour la première fois lors des législatives de décembre. 

"C'est l'occasion d'afficher nos ambitions pour le Royaume-Uni que nous pouvons construire dans les prochaines décennies", a-t-elle poursuivi. 

 

Pas de Big Ben au 31 janvier

 
À défaut de pouvoir faire sonner Big Ben le soir du Brexit, elle souhaite accrocher sur les blanches falaises une bannière géante avec le message "Nous aimons le Royaume-Uni". 
 

Un message à contrepied de celui d'un eurodéputé libéral-démocrate, Antony Hook, qui veut accrocher au même endroit une banderole de 150 mètres carrés témoignant de son amour pour l'UE : "Nous aimons toujours l'UE". L'élu a déjà levé près de 14.000 livres (environ 16.600 euros) sur un site en ligne de financement participatif pour cette opération. 

"Malheureusement, nous ne pouvons plus arrêter le Brexit, mais nous pouvons envoyer un message fort au monde disant que nous aimons toujours l'Europe", a-t-il expliqué. 

Le Premier ministre conservateur Boris Johnson s'adressera à la nation le soir du Brexit, prévu le 31 janvier à 23H00 (GMT et locales), tandis que le drapeau britannique, l'"Union Jack", flottera sur tous les mats autour du Parlement à Westminster. 

 

Une installation à Downing Street


Une installation lumineuse, avec une horloge chargée du décompte fatidique, est aussi prévue au 10 Downing Street et des pièces de monnaie commémoratives seront mises en circulation. 

En revanche, au grand dam des partisans les plus farouches du Brexit, la mythique cloche Big Ben ne se fera pas entendre: estimé à 500.000 livres (592.000 euros), le coût de l'opération a poussé le Parlement à rejeter l'idée. 

Vieille de 160 ans et logée dans la tour Elizabeth du Palais de Westminster, Big Ben est réduite au silence depuis plus de deux ans pour cause de restauration, ne sonnant plus qu'en de très rares occasions historiques. 
 

Sur le même sujet

Les + Lus