Cap Gris-Nez : un cargo perd le contrôle de sa manœuvre en pleine autoroute de la mer

Le cargo s'est arrêté au large du Cap Gris-Nez. / © MAXPPP
Le cargo s'est arrêté au large du Cap Gris-Nez. / © MAXPPP

Le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) du Cap Gris-Nez a du porter assistance à un cargo, dimanche, au large des côtes. Il avait perdu la maitrise de sa manoeuvre suite à une panne. 

Par Jeanne Blanquart

Petite frayeur pour l'équipage du cargo Rover, ce dimanche, au large du Cap Gris-Nez. Vers 6h du matin, le cargo contacte en urgence le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) du secteur pour indiquer qu'il est en "avarie moteur totale et non-maître de sa manoeuvre", indique la Préfecture maritime de la Manche et de la Mer du Nord. 

Le Rover, un cargo de 90 mètres. / © Préfecture maritime de la Manche et de la Mer du Nord
Le Rover, un cargo de 90 mètres. / © Préfecture maritime de la Manche et de la Mer du Nord


Le bateau vient de Nador, au Maroc, et compte se rendre à Rotterdam, pour transporter de l'argile. A ce moment-là, il se trouve dans une zone au trafic maritime extrèmement dense. Il faut vite trouver l'origine de cette panne. En attendant, le CROSS décide de détourner le trafic maritime de la trajectoire du navire. Ils préviennent également l'Abeille Languedoc, le remorqueur d’intervention en haute mer situé à Boulogne-sur-Mer. 


Houleuses réparations


Vers 8h50, le cargo estime à 1h30 le temps de la réparation. Il se met au mouillage près du Cap. Mais les réparations prendront bien plus de temps. L'équipage demande à deux reprises au CROSS une rallonge de temps. A 14h, il repart, pour quelques mètres seulement. Le voilà à nouveau en panne face au Cap Gris-Nez. 

A ce moment-là est décidé d'envoyer une équipe d’évaluation et d’intervention (EEI) composée du chef mécanicien de lAbeille Languedoc et d’un inspecteur du centre de sécurité des navires (CSN) de Boulogne. Ils sont helitreuillés sur le cargo pour déterminer l'origine de la panne, qu'il découvre rapidement : il s'agit en fait de la conséquence d'une mauvaise qualité de carburant de propulsion.

"Après une inspection complète du navire, le Rover reprendra la direction de Rotterdam vers 19h", indique la Préfecture maritime de la Manche et de la Mer du Nord. 


Sur le même sujet

Les + Lus