• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Dunkerque : quand les élèves du groupe scolaire EPID-Vauban disent non au harcèlement scolaire grâce au théâtre

Sur scène, deux élèves de l'Epid-Vauban de Dunkerque présentent une pièce sur le harcèlement scolaire / © France 3 Côte d'opale
Sur scène, deux élèves de l'Epid-Vauban de Dunkerque présentent une pièce sur le harcèlement scolaire / © France 3 Côte d'opale

Sur scène, des élèves de 1ère option théâtre du groupe scolaire EPID-Vauban de Dunkerque, auteurs et interprètes d'une pièce sur le thème du harcèlement à l'école. Face à eux, dans le public, leurs camarades découvrent l'ampleur du phénomène.

Par Corinne Sala

" Le jeune Christopher a tenté hier de se donner la mort et se trouve dans un état critique dans le service de réanimation de l'hôpital de Dunkerque, on évoque un cas de harcèlement scolaire".

Première scène de cette fiction inspirée de faits réels , côte à côte derrière un bureau, deux élèves jouent l'annonce du drame sous la forme d'un flash télévisé. Suivent les témoignages filmés de l'entourage de la victime. Dans l'assemblée, quelques rires qui rapidement laissent place à l'écoute et l'étonnement.

Car c'est toute l'originalité de ce spectacle itinérant, écrit et mis en scène par les adolescents option théâtre. A chaque salle son point de vue, exprimé en une scène de dix minutes. Entendue par la police, Fanny Lefranc, élève harceleur présumé endosse un vrai rôle de composition : "Je ne suis vraiment pas comme ça dans la vraie vie alors se mettre dans ce rôle super méchant, c'est dur".

 
Dunkerque : quand les élèves de l' EPID-Vauban disent non au harcèlement scolaire grâce au théâtre
Reportage Corinne Sala Nathalie Haberer Franck Defrance


Par groupe, le public chemine et devient dans chaque salle le témoin de ce qui passe sur scène,  des échanges d'un groupe de lycéens ou dans le bureau du conseiller principal d'éducation. Un auditoire sous le choc : "Je ne pensais que ça allait jusque là"lâche ce jeune homme, un peu gêné. "On pense pas que c'est grave quand on se moque de quelqu'un mais en vrai, oui", reconnait une autre camarade.
 

"L'explication est très importante pour les sensibiliser", Violaine Frumin, juge des enfants à Dunkerque


A l'issue de la représentation, dans un silence de cathédrale, tous se retrouvent dans une grande salle pour un débriefing. Volaine Frumin, juge des enfants à Dunkerque, participe dès qu'elle le peut, à des projets comme celui-là : "Attention, une insulte c'est quelque chose de grave". 

En quittant les lieux, chacun part avec la brochure mise à disposition avec le numéro de téléphone stop au harcèlement 3020.
La pièce sera présentée en mars devant des collégiens.
 



 

Sur le même sujet

toute l'actu théâtre

Amélie Delacroix se dévoile

Les + Lus

Les + Partagés