Knokke-Heist, sa station balnéaire, son casino, ses boutiques et son "cimetiére" de bombes et de grenades datant de la Première Guerre mondiale.

Selon le quotidien local, Het Laatste Nieuws, des traces de contamination au gaz moutarde ont été détectées sur des échantillons prélevés sur un banc de sable. Et la substance dangereuse en question proviendrait de la présence de ces 35 000 tonnes de bombes immergées au nord de la Belgique. 
 
 

Des cimetiéres marins de bombes de la 1ére Guerre Mondiale partout sur le littoral


Le terrain concerné fait environ 3 km² et les milliers de tonnes de munitions sont recouvertes d’une couche de vase, déposée par le courant naturel marin. Ces bombes ont été volontairement immergées en 1919, pour se débarrasser de millions d’obus au chlore, phosphore et autre gaz moutarde, reliquats de la Grande Guerre.
 

Ce contenu n'est pas compatible AMP.


Un gaz mortel trés dangereux


Le gaz moutarde a été parmi les armes chimiques les plus dangereuses de la Première guerre mondiale, rappelle le site de la mission centenaire 14/18. Faisant de nombreuses victimes, il a été utilisé pour la premiére fois à Ypres, en Belgique, par les Allemands en 1917, d'où son autre nom de gaz ypérite.

Fabriqué à grande échelle, il en reste encore beaucoup car un dispositif particulier pour sa destruction est necessaire. Le gaz moutarde s'attaque aux yeux et à la peau. Il peut être inhalé sans que l'on s'en rende compte, ses effets se font ressentir, quelques heures après l'intoxication.
 

Une évacuation nécessaire, dangereuse et coûteuse


Le quotidien Het Laatste Nieuws, cite le gouverneur de Flandre occidentale, Carl Decaluwé, qui a ordonné d'évacuer ce "cimetière" de munitions : "Il vaut mieux le faire avant que la fuite de gaz ne devienne plus importante", a-t-il expliqué. De nouveaux échantillons ont été prélevés mais les résultats ne sont pas encore connus.

Ce cas en Belgique, est loin d’être isolé. Partout dans la Manche, en mer du Nord et en Baltique, les immersions se sont succédées. La France, la Belgique et l’Allemagne sont les pays les plus touchés.  Leurs littoraux forment un vaste tapis de bombes toxiques. Et réguliérement les grandes marées laissent apparaitre sur les plages des hauts-de-France des munitions de toutes sortes.

 


En Belgique, la section Accès maritime veut faire réaliser un test sur le site de Knokke-Heist, pour décider comment les munitions peuvent être évacuées. Jusqu’ici, le lieu avait longtemps été considéré comme sans danger...