VIDEO. Violences faites aux femmes : le maire d'Etaples s'engage en reprenant une chanson de Linda Lemay

Le maire d'Etaples a dénoncé les violences faites aux femmes à travers une chanson de Linda Lemay. / © MAIRIE D'ETAPLES / FACEBOOK
Le maire d'Etaples a dénoncé les violences faites aux femmes à travers une chanson de Linda Lemay. / © MAIRIE D'ETAPLES / FACEBOOK

C'est par le chant que Philippe Fait, maire d'Etaples, a choisi de dénoncer les violences faites aux femmes. Une vidéo publiée lundi 25 novembre, à l'occasion de la journée internationale, pour sensibiliser "à sa manière" autour de cette problématique sociétale. 

Par Camille Nowak

Il a osé ! Le maire d'Etaples a choisi de défendre la cause des femmes sous une forme originale : un clip musical. C'est avec une reprise de la chanson "Blessée" de Linda Lemay que l'élu s'est improvisé chanteur. 

Enregistrée la semaine dernière, la vidéo a été publiée à l'occasion de la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes qui se tenait lundi 25 novembre. La vidéo publiée sur le compte Facebook de la ville d'Etaples a déjà fait le buzz, elle dépasse les 9 000 vues. 
 

 

Interpeller à travers le chant

Loin d'être chanteur, le maire d'Etaples a choisi ce mode de transmission pour interpeller un maximum de personnes. "Il y a quelques mois je me suis posé la question du rôle d’un élu de proximité dans ce combat et j’ai pensé qu’il pouvait être intéressant de porter cette parole en chantant", confie-t-il.

Bien conscient qu'il est encore loin de débuter une carrière musicale, le maire se dit "fier" d'avoir franchit le pas pour cette cause qui lui tient à coeur : "je pense que c'était un bon moyen de sensbiliser mes administrés"
 


Du rouge à lèvres en soutien de "Mettez du rouge"


A l'image de Patrick Bruel, PPDA ou encore Vincent Cassel, l'élu se dévoile dans son clip avec du rouge à lèvres. Un moyen pour lui de défendre l'intiative "Mettez du rouge". Lancée en 2013, cette campagne invite des hommes à montrer leur engagement pour la cause en s'affichant avec du rouge à lèvres.

 



"Avec ce rouge à lèvres, je veux montrer qu'un homme peut essayer de se mettre à la place d'une femme. Même si c'est impossible de la comprendre c'est un pas supplémentaire our montrer mon soutien envers les femmes", ajoute le maire. 
 

Dénoncer les violences 


Mais pourquoi avoir choisi cette chanson ? "C’est la première chanson qui m’est venue à l’esprit. Je trouve que cette artiste a un talent d’écriture très fort. Et cette chanson ne traite pas uniquement des violences conjugales mais aussi des violences sexistes, sexuelles et c’est pour ça qu’elle me semblait intéressante. Elle va au-delà de cette problématique et traite de toutes les difficultés que peuvent rencontrer les femmes au quotidien. Et puis elle porte un message positif, au final, les femmes sont toujours debouts", explique Philippe Fait. 

La chanson de Linda Lemay s'achève en effet sur une note d'espoir avec ces mots : "Blessée, mais convaincue qu'un jour viendra où la souffrance s'estompera. Blessée, comme tant d'personnes sur la planète que tout éprouve, que rien n'arrête. Blessée, mais c'est la plus forte de toutes et son cœur lourd tient bien la route".
 


Les premiers retours adressés au maire sont déjà positifs. Il confie que bien qu'elle n'ait pas été une "révélation musicale", sa démarche a fortement été appréciée par les habitants de sa commune. Mais il espère toucher encore davantage, bien au-delà d'Etaples. 


De nombreuses initiatives 


Et ce n'est pas tout puisque le maire a organisé cette semaine différentes manifestations en l'honneur des femmes. Lundi 25 novembre, une marche nocturne s'est tenue avec plus de 200 partipantes. Il a également affiché sur la façade de sa mairie les chiffres 3919 (numéro de téléphone national pour les femmes victimes de violences). 
 
La mairie d'Etaples-sur-Mer affiche depuis plusieurs jours le numéro d'urgence pour les femmes victimes de violences. / © Ville d'Etaples
La mairie d'Etaples-sur-Mer affiche depuis plusieurs jours le numéro d'urgence pour les femmes victimes de violences. / © Ville d'Etaples

Par ailleurs, une opération de sensibilisation est également organisée dans l'espace urbain avec une compagnie de théâtre, jeudi 28 novembre. Et enfin, la semaine dédiée aux femmes s'achèvera par un colloque de professionnels en lien avec cette problématique. 
 
 

Des mesures concrètes

Depuis le début d'année, le collectif "Féminicides par compagnons ou ex" recense 137 femmes tuées par leurs compagnons ou ex-compagnons. Selon ces chiffres, 10 femmes auraient été tuées dans les Hauts-de-France.

Pour sensibiliser autour de cette problématique, le maire d'Etaples souhaite par ailleurs ouvrir une permanence régulière aux femmes. L'objectif serait de mettre à dispositif un lieu d'écoute mais aussi d'accueil. Il projette ainsi également de créer un lieu de vie pour les femmes victimes de violences. Une maison d'accueil pourrait ainsi voir le jour sur cette commune.  
 

De son côté, le gouvernement a quant à lui annoncé à l'occasion de la fin de son Grenelle contre les violences conjugales, lundi 25 novembre, plusieurs mesures de lutte contre ces violences. 

 

Les grands axes des mesures annoncées par le gouvernement pour lutter contre les violences faites aux femmes :

 

  • Eduquer à la non-violence et à l’égalité entre les filles et les garçons
  • Libérer la parole des victimes et favoriser la révélation des violences
  • Protéger les victimes dès le dépôt de plainte
  • Une prise en charge médico-sociale renforcée
  • Une justice plus protectrice
  • Prendre en compte l’impact des violences conjugales sur les enfants et sur les liens familiaux
  • Un suivi et une prise en charge des auteurs pour traiter le problème des violences conjugales dans sa globalité et mieux prévenir le risque de récidive
  • Protéger les femmes victimes de violences y compris au travail
  • Protéger les victimes de violences en situation de handicap

Sur le même sujet

Les + Lus