Wissant, un nouveau confinement de la population pour une opération de déminage

Destruction d'engins explosifs de la Seconde Guerre Mondiale à Wissant / © Marine Nationale
Destruction d'engins explosifs de la Seconde Guerre Mondiale à Wissant / © Marine Nationale

C'est une nouvelle opération de déminage qui a confiné, ce matin, la population de Wissant. 2 blocs de défense datant de la Seconde Guerre Mondiale, ont été détruits par les plongeurs-démineurs de la Marine Nationale sur la plage. 

Par Isabelle Girardin

Ce matin, dès 8 heures, une équipe de démineurs de la Marine Nationale était à l’œuvre sur la plage de Wissant. Ils ont mené une opération de neutralisation d'engins explosif de la Seconde guerre mondiale, découverts sur la plage.

 

Deux engins explosifs détruits


"L’opération de neutralisation s’est déroulée comme prévue, même si la présence du second engin explosif n'était pas, au départ, prévue. Trouvé à quelques mètres du premier, il a été lui aussi détruit par l'équipe composée de 9 démineurs venus de Cherbourg", explique Perrine Le Goff, en charge de la Communication de la préfecture maritime Manche- mer du Nord

 
Neutralisation de 2 blocs de la Seconde guerre Mondiale à Wissant / © Premar
Neutralisation de 2 blocs de la Seconde guerre Mondiale à Wissant / © Premar


Un hélicoptère de surveillance était déployé pour assurer la surveillance de la circulation nautique. La Gendarmerie Nationale, la Gendarmerie Maritime et EDEN 62 étaient chargées d'assurer la tenue du périmètre de confinement de la commune.
 

Wissant à nouveau confiné


Placée sous l’autorité de Jean-Philippe Vennin, sous-préfet de Boulogne-sur-Mer, cette zone de confinement interdisait toute circulation à pied et en voiture. Les habitants qui souhaitaient quitter Wissant, pour aller travailler, ont du le faire avant 8 h, ce matin.

Comme à chaque destruction d'engin explosion, les habitants étaient invités à ouvrir leurs fenêtres et fermer leurs volets afin de limiter le risque de bris de verre. Les accès à la commune et aux plages de Wissant, Escalles, Audinghen et Tardinghen étaient interdits.

"Le risque de retombées d’obus, même minime, existe et nous devons prendre toutes les précautions" rappelle le maire de la commune Bernard Bracq. "Malheureusement, il ne s’agit pas de la première opération de déminage à Wissant. La population a maintenant l’habitude !" En septembre dernier, 2 mines anti-char et un obus de 50 kilos avaient eux aussi provoqué le confinement du village de Wissant.

Selon les estimations des experts maritimes, il faudra encore 100 ans de dépollution pour venir à bout des munitions de la Seconde guerre mondiale. Installées ou larguées sur l’ensemble du littoral de la façade Manche - Mer du Nord, ces engins explosifs sont encore trés dangereux.

 

Que faire quand on découvre des munitions ou des obus sur la plage ?


"Il ne faut surtout pas déplacer un engin explosif et encore moins l'emporter chez soi. Relever les coordonnées GPS avec son téléphone et prendre une photo avec si possible un objet à côté ou une pièce, pour avoir un ordre de grandeur." Ce sont les recommandations des plongeurs-démineurs. En France, chaque année plus de 20 tonnes de TNT sont détruites par la Marine Nationale.
 

Sur le même sujet

Les + Lus