En direct Procès de Philippe Détrè

Philippe Détrè, prêtre accusé de pédophilie : le procès en direct minute par minute (3ème jour)

Suivez en direct le procès de Philippe Détrè, un prêtre du Nord jugé pour des viols et agressions sexuelles sur au moins 15 mineurs. minute par minute, son procès devant la cour d'assises du Nord.

11:04

LES DERNIÈRES INFOS - Mis à jour le 14/01/2015 à 08:49

    Les débats sont clos pour aujourd'hui

    Ils reprennent demain à 9h00. Merci d'avoir suivi ce live. Bonne soirée. A demain. 

    Caroline Savey, avocate de deux frères, David et Jean-Philippe

    L'avocate raconte l'histoire des deux frères abusés. Les avocats de la défense prennent des notes. C'est la dernière plaidoirie des parties civiles.

    Toute la famille de David et Jean-Philippe fait confiance, est proche de l'abbé Détrè, dans la métropole lilloise. Jean-Philippe, filleul de Philippe Détrè, lequel propose à la famille de prendre Jean-Philippe pendant les vacances. Caresses, masturbation, fellation. Le même cérémonial. Les serviettes pliées et rangées, avant l'acte, car l'abbé Détrè, n'aime pas avoir du sperme sur lui.

    Pour Jean-Philippe ça a duré de 10 à 17 ans. Il n'en a jamais parlé, pas même à son frère, également victime. 

    Pour David, victime à 6 ans de masturbations réciproques, fellations réciproques, sodomies (ou tentatives). "Alors là ! s'exclame l'avocate. Il a fallu que les avocats de Philippe Détrè le poussent dans ses retranchements pour qu'il reconnaisse. Le tout jusqu'à ses 14 ans. Les mêmes supplices des dizaines de fois et des dizaines de fois..."

    Les remords de M. Détrè ? Ce sont ses avocats qui doivent insister extrêmement violemment pour qu'il les formule. Je n'y crois pas !

    L'avocate parle maintenant des flashs, des réminiscences de David, de sa tentative de suicide. De son mariage et de son divorce, à cause de son passé. Aujourd'hui, les deux frères ne se parlent plus, l'un reprochant à l'autre de ne pas l'avoir prévenu des déviances du père Détrè, alors que traumatisé, il était en incapacité de parler. 

    Charlotte Catrix, avocate de Pascal, victime

    Deux ans de prison pour Philippe Détrè, ça laisse le temps de réfléchir. Ne s'est-il pas préparé à se défendre ? Si ! Pour l'avocate, le père se présente comme repentant : stratégie, feinte !  

    Il est tout le temps entouré d'enfants, se présente comme victime entre autres de la solitude. Mais si les millions de Français seuls commençaient à être pédophiles... Hein ?! , tonne l'avocate face aux jurés. 

    Une once d'émotion chez M. Détrè ? Non, le seul moment où j'ai failli pleurer pendant ce procès c'est quand Yvon est arrivé à la barre. Le père Détrè ?... Lui, il dit : "Je voudrais que vous me pardonniez" Mais le pardon, il vient du coeur. Mais où est-il, le coeur, chez M. Détrè ? 

    Pascal était fragile, innocent [...] Un enfant à qui on baisse le pantalon ! 

    C'est comme si mon enfant me disait : "maman, papa, l'abbé m'a touché" Je défends les handicapés depuis 10 ans et les personnes handicapées, c'est comme les enfants, ça ment pas, ça ne triche pas !
    [...]

    Me Marc Debeugny, conseil d'Yvon, entendu à huis clos, plaide

    L'avocat donne son point de vue sur plusieurs points sur lesquels les jurés vont avoir à se prononcer lors du verdict. 

    Le père Détrè sincère ?
    [...] "Etonné de l'attitude des avocats de la défense qui bondissent du côté du box pour inviter leur client à reconnaître les faits. C'est un moyen de défense partant du postulat : "faute avouée, à moitié pardonnée". Donc je ne pense pas que la reconnaissance des faits soit sincère."

    M. Détrè est-il capable de se remettre en cause ?
    "La dimension d'altérité n'est pas présente dans la dimension du clivage, comme l'expliquait le psychologue ce matin. A de multiples occasions, monsieur Détrè a eu l'occasion de faire marche arrière, cela a été démontré lors de ce procès [...] il ne l'a pas fait". [...]

    Pour son client...
    "Perdu, seul, Yvon rencontre l'abbé Détrè. Il était impossible pour Yvon, abandonné, faible psychologiquement de se défendre. Lors d'une fellation, la tête de mon client a été maintenue. Contrainte physique, contrainte morale. Effondrement psychologique de nouveau lorsque son bourreau est emprisonné. Il va jusqu'à culpabiliser lorsque le père Détrè est emprisonné. Le premier jour du procès, vous l'avez peut-être vu, il tremblait comme une feuille, car il était en pleine crise d'angoisse".

    La gravité de la pathologie du père Détrè est de très mauvaise augure... Neuf personnes se sont constituées partie civile, 16 personnes ont été reconnues victimes. Imaginez les dégâts causés par le père Détrè [...]

    Plaidoirie de Me Cécile Carillon, conseil de Jérôme B.

    L'avocate de Jérôme B. fait un parallèle entre les victimes de l'hommage lors d'une communion nationale et le procès. Elle souhaiterait une petite bougie également pour Jérôme B., dont une partie de lui est également morte. Il est là, dans la salle...

    Issu d'une famille victime déjà de l'alcoolisme, marquée par la violence, et pour se sortir de ce contexte, n'ayant pas grand lieu ou aller il va chez le père Détrè. 

    Puis, c'est : "placé en foyer, délinquance, errance, petite insertion professionnelle, intérimaire, des missions. La vie affective, il en a une, mais il se sent incapable de vivre dans une maison". 

    "Là où je rejoins parfaitement l'expert psychologue, que ce soit Jérôme ou n'importe laquelle des victimes, c'étaient des proies pour Philippe Détrè".

    Ce qui a sauvé Jérôme c'est qu'il a dit je ne reviens plus chez lui. Il a été là là tous les jours, il est SDF, il a une voiture. Pour lui c'est très important ce qui se joue aujourd'hui. Quand on s'est rencontrés, le fait d'en parler a été libérateur. [...] L'impact psychologique chez Jérôme B. est énorme. Les victimes subissent. Sidérées, elles ne réagissent pas. [...]

    Plaidoirie de Me Evelyne Defasque, conseil de Vincent

    Par deux fois, Vincent, enfant de choeur, s'est fait abusé par le père Détrè. Jamais cru, à part par sa mère, sa parole n'avait pas été entendue. Aujourd'hui, il veut que la vérité explose. A 11 ans et à 13-14 ans, on disait de lui que c'était un "cul-béni", quelqu'un de pas comme les autres. Aujourd'hui, il veut que l'on sache pourquoi, il n'est pas forcément comme les autres.

    Marié, il a épousé la soeur d'un ami qui lui a permis de s'engager envers une autre spiritualité, une autre religion. "Préféré de M. Détrè à l'image d'autres victimes qui se percevaient comme le chouchou, ou quelqu'un d'unique" aux yeux du pédophile présumé. "Vous êtes très fort M. Détrè !"

    "Le pardon ? On verra après ! fait dire Vincent par l'intermédiaire de son avocate. Pour le moment, c'est la délivrance de la honte qui prime."

    Je vous demande, s'adresse l'avocate aux jurés de prendre en compte la fragilité, la souffrance de Vincent. 

    "Les larmes de crocodile de Philippe Détrè ne m'attendrissent pas"

    Me Jean-Philippe Broyart, Enfance et partage : "Les larmes de crocodile de Philippe Détrè ne m'attendrissent pas. Les enfants d'hier, devenus adultes aujourd'hui n'en ont plus de larmes. Je suis choqué par les propos de Philippe Détrè qui laisse deviner son jeu sexuel, son cérémonial d'agression. Il a même été jusqu'à dire "j'ai été gourmand", réduisant les enfants à friandise, qu'on prend, consomme et jette." 

    [...]

    Et l'avocat de citer les victimes et de parler de la victime qui est devenue skinhead, de celle qu'on n'a jamais cru étant gamin, de celle qui n'a plus de sexualité. Des torts considérables, des vies brisées qui ont suivi. "Quand je pense que pendant des années l'Eglise a considéré la pédophilie comme une faiblesse passagère. "Dieu est miséricorde" nous a dit monsieur Détrè à l'audience. Mais vous allez être jugé par une cour laïque ! Ce n'est pas le procès de la religion aujourd'hui mais celui d'un homme, d'un prédateur pédophile. Un prédateur pédophile d'enfants battus, fragilisés qui se disaient je vais chercher réconfort auprès du père Détrè.

    "Vous êtes ignoble. Vous avez poussé des enfants et des adultes au suicide. Vous êtes bien loin du chemin de l'expiation et de la repentance. [...] Vous êtes l'expression même du mal, sous le manteau du sacré, on blesse, on meurtrit. Il n'y a pas de clémence à avoir face au diable. Le malin est fourbe malicieux, beau parleur, manipulateur" [...]

    img_2600.jpg
    Me Broyart, Enfance et Partage - France TV

    L'audience reprend à 16h30

    Début des plaidoiries

    C'est Me Jean-Philippe Broyart, Enfance et Partage, avocat partie civile, qui débute les plaidoiries des parties civiles. Pardonnez-nous, un bref incident informatique ne nous permettra pas de retranscrire la majeure partie de la plaidoirie. 

    “Tous les faits qu'on me reproche, je les ai faits. ”

    Philippe Détré

    Philippe Détrè, sanglotant : "Je suis un violeur et un criminel"

    La présidente lit les dépositions de victimes, l'une absente, l'autre décédée en prison (suicide). Philippe Détrè qui écoutait attentivement la lecture, semble désormais absent. La présidente l'interroge sur ce qu'elle lit. Ce dernier réagit :

    "Mme la présidente, depuis trois jours et demi, je reconnais les faits. Hier soir, j'ai reçu un paquet de lettres de paroissiens qui disent qu'ils prient pour tous les acteurs de ce procès. J'ai passé un bon moment à réfléchir. Ce matin, je me suis levé avec les larmes aux yeux et je me suis dit :  "Je suis un criminel". (En sanglots) Je reconnais que je suis un violeur et un criminel. Tous les faits qu'on me reproche, je les ai faits. J'ai vu comment les victimes sont détruites à la barre."

    La présidente : "Vous vous étiez déjà confessé... Quand ?
    "J'avais le pressentiment que j'allais être arrêté. C'était un peu avant le fait d'être arrêté. [...] Aujourd'hui, je suis en prison, je suis homosexuel... On me traite de pé... (silence) pédophile. Je n'accepte pas encore le terme de prédation même si je peux concevoir qu'on qualifie mes actes comme étant ceux d'un prédateur. [...] Avec les prêtres, j'ai jamais parlé, je gardais tout dans mon coeur. C'est pour cela que quand j'ai été arrêté, je me suis dit "ouf" c'est dit.", exprime l'abbé Détrè qui assure par ailleurs ne jamais avoir vu de psychologue avant sa détention. 

    philippe_detre_1.jpg

    "Je n'imagine même pas qu'on puisse vivre avec cela dans la tête"

    "J'avais le souvenir qu'il emmenait souvent des enfants avec lui au stade de foot. Peut-être hébergeait-il des enfants. J'en ai un souvenir flou, mais c'est une notion que j'ai et dont on ne parlait pas"

    Les parents de Philippe Détrè : sa mère, décrite par Patricia, était "une femme imposante avec un verbe haut, chef de famille. Elle impressionnait. Son mari était diminué par la maladie de Parkinson". 

    "Ses frères sont trop en colère pour aller le voir. Moi, je sors même du parloir en colère mais ça reste un humain. Je ne suis pas inquiète de son sort. Pour moi ce qu'il vit cela doit être invivable, je n'imagine même pas qu'on puisse vivre avec cela dans la tête". 

    Patricia, 54 ans, nièce de Philippe Détrè, à la barre

    Se souvient de l'ordination de son oncle avec l'image marquante des prêtres allongés par terre. Elle qualifie son oncle de "bon vivant", se souvient de 15 jours se séjour en République Démocratique du Congo avec lui. "Je ne savais rien de tout cela"...

    "Il n'a jamais émis une remarque sur le fait que je ne baptise pas mes enfants. J'ai apprécié. Je vais le voir en détention, régulièrement. J'avais besoin qu'il me dise des choses. Je n'osais pas y croire quand il a avoué, et j'avais besoin de l'entendre. Je voulais continuer à garder le lien." 

    "Un de ses cousins va le voir également en détention. Je le connais, sans plus". 

    img_2593.jpg
    Reprise d'audience - France TV

    Suspension de l'audience jusque 14h45

    La lumière sur "Mr Hyde"

    L'expert : "C'est quelqu'un chez qui la fragilité peut entraîner des épisodes dépressifs. Il s'est construit dans une croyance et dans une foi catholique. Et il y avait la zone d'ombre. Bien entendu, ce procès vient mettre entre parenthèses le fait qu'il était prêtre et met la lumière sur la zone d'ombre. Il y a une possibilité d'effondrement de Philippe Détrè. Le procès, la sanction vont l'atteindre dans tous les domaines de sa vie. Sur la problématique pédophile, pour que cela évolue, il faut qu'il s'engage dans une thérapie spécialisée". 

    Me Hammouche : "Il va sortir, malgré sa peine d'emprisonnement, malgré son âge (70 ans). Et la récidive ? 
    L'expert : "On ne peut pas l'écarter. Il y a un risque. Il peut y avoir encore des passages à l'acte même à un âge très avancé. Mais, par ailleurs, je crois à la psychothérapie, sinon, je n'aurais pas 40 ans de métier." 

    Les avocats de la défense interrogent l'expert sur le risque de réitération. Le psychiatre le juge plus modéré que l'expert psychologue. Ce dernier reconnaît tout de même que c'est un "élément positif" que M. Détrè reconnaisse les faits. "Mais cela ne suffit pas.", insiste-t-il.

    img_2579_1.jpg
    France TV

    "L'origine de cette déviance sexuelle ?"

    L'expert : "Dans ce schéma l'autre est perçu comme une chose qui doit permettre d'assouvir une pulsion. En aucun cas, il y a prise en compte du désir d'autrui. Il fonctionne sur un mode très égocentrique, très égocentré. Il a une incapacité à se mettre à la place de. Pas d'empathie donc." 

    La présidente : l'origine de cette déviance sexuelle ? 
    L'expert : "Personne n'en sait rien et la science n'a pas encore trouvé de réponse. Mais il y a des facteurs prédisposants et c'est souvent la conjonction de ces facteurs qui permet d'expliquer le passage à l'acte." 

    Les prédispositions : 
    1. Très mauvaises gestion des émotions : ressenti excessif et difficulté de contrôle.
    2. Ne pas avoir intégré les modèles sexuels normatifs reconnus par la société.
    3. Immaturité.

    "On ne connaît pas l'origine de la pédophilie mais on pourrait considérer que les tendances, l'imaginaire pédophile est parfois très développé. Tout le problème est celui du passage à l'acte". 

    Passage à l'acte : des "stratégies de prédation"

    Philippe Détrè s'est trouvé très seul, très isolé, avec des difficultés de communication... "Mais on ne peut pas présenter les actes transgressifs comme étant nécessairement corrélés comme une suite de recherche d'affection."
    [...]

    L'expert : "C'est quelqu'un qui passe à l'acte quand l'enfant est endormi, seul, sans défense. Ce sont des stratégies de prédations. On est bien dans une dominante pédophile. Je ne dis pas que c'est conscient. Mais ce schéma d'action est pré-établi. C'est toujours le même : Tant que ça marche, il répète à l'infini." 

    "Docteur Jekyll et M. Hyde"

    L'expert explique maintenant la notion de clivage, de dichotomie, entre les capacités intellectuelles au-dessus de la moyenne de l'accusé et ses difficultés, ses pulsions, sa solitude, son sentiment d'infériorité. Il ne met pas les premières au service des secondes. 

    [...]

    L'expert prend l'image littéraire du roman de Robert Louis Stevenson, Docteur Jekyll et M. Hyde, pour faire comprendre, toute proportion gardée, le clivage, le hiatus qui existe entre ces deux mondes psychiques de Philippe Détrè. 

    Un expert psychologue judicaire : Philippe Détrè est "responsable de ses actes"

    Propos louangeurs sur son enfance. Scolarité peu investie. Interruption en classe de 5e, puis CAP de boucher. Vicaire à Rosendael, puis prêtre. Rencontré à l'isolement à Sequedin en décembre 2012. 

    Les faits ? L'expert cite l'abbé : "C'est très vieux, certains ont plus de 40 ans" Même si je savais que c'était pas normal, je n'ai pas consulté". 

    Q.I. de 116, supérieur à la moyenne. Personnalité : pas d'anomalie mentale mais climat défensif, rationnel et logique et en grande difficulté pour verbaliser son ressenti émotionnel.

    Sujet à l'attitude contrastée. Se soumet bonhomme à l'entretien, reconnaît les "fautes" passées, contre lesquelles il "a lutté". Mais fuyant dès qu'il s'agit d'aborder les faits précis. Limite de Philippe Détrè dans sa capacité instrospective.

    Milieu d'une famille croyante et pratiquante. Sixième de sept enfants. Pas d'agression sexuelle, mais développement "trouble" de sa sexualité. L'expert cite le suspect : "Ma mère disait que j'avais un petit zizi. Elle m'a déculotté et l'a montré à toute la famille". "Reconnaît les faits à demi-mots discute la qualification criminelle de viol." 

    Pas d'anomalie mentale ni de trouble de l'équilibre psychique. Malgré son âge pas de déficit de capacités intellectuelles. L'examen psychologique : niveau intellectuel supérieur à la moyenne. [...] Vide intérieur. Structuration perverse et transgressive contre laquelle il affirme avoir lutté. Egocentrique. M. Détrè est responsable de ses actes. Il est accessible à une sanction pénale.

    img_2594.jpg
    France TV

    Suspension de séance 10 minutes

  • Afficher les messages précédents

Le reste de l'actualité