Dubuisson, la plus ancienne brasserie de Wallonie, fête ses 250 ans

La brasserie Dubuisson est installée à Pipaix depuis 1769. / © Wikicommons / Brasserie Dubuisson
La brasserie Dubuisson est installée à Pipaix depuis 1769. / © Wikicommons / Brasserie Dubuisson

La brasserie Dubuisson - connue pour ses bières Bush et Cuvée des Trolls - est installée depuis 1769 à Pipaix, près de Tournai (Belgique). 

Par YF

C'est un certain Joseph Leroy, modeste fermier, qui créa cette brasserie en 1769, à une époque où la Belgique était encore une province de l'empire autrichien. Et elle n'a jamais déménagé depuis.

"Nous sommes la deuxième brasserie la plus ancienne de Belgique après Roman à Audenarde", affirme aujourd'hui fièrement Hugues Dubuisson, 54 ans, descendant du fondateur, à l'agence Belga. "Pendant plusieurs siècles, notre famille a pu préserver notre indépendance. Toutes nos bières sont en outre brassées sur place et nous ne brassons pas pour des tiers".
 
Présentation de la Brasserie Dubuisson

La brasserie Dubuisson doit sa renommée à la bière Bush, considérée comme l'une des plus fortes de Belgique (elle titre à 12%). En 2000, Hugues Dubuisson lui a donné une petite soeur, devenue elle aussi très populaire : la Cuvée des Trolls. Plus légère que son aînée, cette blonde s'écoule aujourd'hui à  90 000 hectolitres par an. Une production exportée à 55%, notamment en France.

Pour ses 250 ans, la plus ancienne brasserie de Wallonie voit les choses en grand, avec l'ouverture à l'automne prochain d'un restaurant et d'un musée au château voisin de Ghyssegnies. 4,5 millions d'euros ont été investis pour rénover ce domaine de 8 hectares qui espère accueillir 20 000 visiteurs par an.

Comme un clin d'oeil à l'histoire, Joseph Leroy, le fondateur de la brasserie Dubuisson, travaillait à l'origine pour le seigneur de Ghyssegnies. Pour supprimer la concurrence déloyale que représentaient les brasseries seigneuriales, exemptées de taxes au XVIIIe siècle, l’Impératrice Marie-Thérèse d’Autriche ordonna leur destruction en 1769. C'est ainsi que Joseph Leroy se mit à brasser pour son propre compte, dans sa ferme de Pipaix. 
  

Sur le même sujet

Les + Lus