• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Ensemble c'est mieux - Hauts-de-France

L'émission solidaire du lundi au vendredi à 10h50
Logo de l'émission Ensemble c'est mieux - Hauts-de-France

Le cancer du sein, bien guéri avec une prise en charge rapide

Thibaut Rysman et Céline Vaconsin, médecin. / © France 3 Hauts-de-France
Thibaut Rysman et Céline Vaconsin, médecin. / © France 3 Hauts-de-France

Le cancer du sein est le plus fréquent chez les femmes. Il est conseillé de se faire dépister tous les deux ans. Plus tôt est la prise en charge, meilleures sont les chances de guérison.

Par Madison Mouquet

Le cancer du sein, bien guéri avec une prise en charge rapide

Une sur huit est touchée, on dénombre 54 000 nouveaux cas chaque année, soit 148 par jour. Il est essentiel de surveiller attentivement les modifications de sa poitrine. Plus tôt il est détecté, plus les chances de guérison d’un cancer du sein sont importantes.

Toute nouvelle grosseur, au sein ou à l’aisselle, toute modification de la forme ou de la taille des seins, tout écoulement par le mamelon ou encore tout changement notoire de l’aspect de la peau du sein ou de l’aréole doivent être signalés à un médecin, car ils peuvent constituer les signes d’alerte du développement d’un cancer du sein.
Les symptômes du cancer du sein
Les symptômes du cancer du sein

Le dépistage précoce permet de sauver des vies. Les médecins généralistes, gynécologues ou sages-femmes peuvent examiner les seins. Toute grosseur du sein n'est pas cancérigène mais dans le doute, des examens radiologiques comme la mammographie sont nécessaires. Le cancer du sein se soigne bien, les traitements sont adaptés. Neuf femmes sur dix guérissent si elles sont prises en charge assez tôt.

Guérir en préservant l’intégrité physique est devenu primordial. Lorsque cela est possible, seule la tumeur est extraite et le sein est conservé.

Les nouveaux appareils permettent une irradiation focalisée, ce qui divise par deux le taux de récidives locales à dix ans. Leurs rayons ultra-précis traitent la zone atteinte et épargnent mieux les organes sains avoisinants, cela réduit les effets secondaires.


Davantage de soins de support en oncologie

Sophrologie, acupuncture, hypnose, méditation de pleine conscience... Ces médecines complémentaires ne sont plus vues d’un mauvais œil par les cancérologues et peuvent être de bons moyen pour surmonter l'épreuve.


Un meilleur accompagnement pendant les traitements

Avant d’être une malade, une patiente est aussi et surtout une femme dont le moral doit être soutenu afin d’améliorer son bien-être et ses chances de guérison. Meurtrie dans son corps et fragilisée psychologiquement, elle a besoin d’être soutenue.


Le dépistage vraiment organisé

En invitant les femmes de 50 à 74 ans à pratiquer une mammographie tous les deux ans, le dépistage contribue pour moitié à l’amélioration de l’espérance de vie suite à un cancer du sein. Les tumeurs décelées précocément ont en effet un meilleur pronostic de guérison. Pourtant seulement 51 % des femmes y participent.

Luka Elsner en conférence de presse avant le match de l'ASC face au LOSC