• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Ensemble c'est mieux - Hauts-de-France

L'émission solidaire du lundi au vendredi à 10h50
Logo de l'émission Ensemble c'est mieux - Hauts-de-France

Donner ou recevoir : le cadeau est un geste plein de sens

Donner ou recevoir : le cadeau est un geste plein de sens

La société nous soumet à une triple obligation : celle de donner, de recevoir (qui ose dire « non merci » à un cadeau) et de rendre cadeau pour cadeau, faute de quoi nos relations peuvent être rompues. Marylène Govin, psychologue clinicienne, vous aide à donner un sens à vos présents.

Par Marylène Govin, psychologue clinicienne, chroniqueuse dans 9h50 le matin Hauts-de-France

Quel est donc le sens d'un cadeau ?
 

Une demande d’amour

En principe, nos cadeaux sont des témoignages d’amour. Le cadeau réussi est celui qui, satisfait le besoin le plus intime de la personne qui le reçoit. Donner, c’est un don de soi mais sous des dehors généreux, nos cadeaux seraient, avant tout, des demandes d’amour.
 

Un miroir de l’âme

Les cadeaux ont une âme. Le cadeau symbolise la personne aimée. Tel un doudou, il nous rappelle sa présence et nous aide à supporter son absence. À l’inverse, il symbolise également le bénéficiaire, en répondant à ce que nous présumons de ses goûts et de ses centres d’intérêt.

C’est pourquoi un cadeau raté nous blesse tant. Car celui-ci révèle à quel point le donateur nous connaît mal, et dévoile l’image dans laquelle il essaie de nous enfermer.


La trêve de Noël

La particularité des cadeaux de Noël est qu’ils s’échangent dans un contexte où l’on tente d’actualiser le mythe de l’harmonie familiale. Mais le rassemblement du groupe entraîne automatiquement une accentuation des tensions qui le traversent.

Dès lors, le cadeau devient plus que jamais un langage. Il permet à chacun d’affirmer sa position voire de régler ses comptes.

Noël est également un rituel dans lequel il est important de montrer sa disponibilité aux autres. La maturité voudrait que l’on soit capable, au moins le temps d’une fête, de montrer que l’on accepte de faire partie du clan, même si ce n’est pas le cas toute l’année.


Dis-moi ce que tu offres...

Il y a ce que nous offrons. Mais il y a surtout la manière dont nous l’offrons, avec plus ou moins d’assurance, de bon goût ou de mise en scène. Et on peut faire plusieurs lectures :

Offrir ce dont on a manqué. Les cadeaux que nous recevons peuvent porter la trace de cadeaux ratés de l’enfance. Celui qui les offre ce dont il a manqué, offre un rêve d'enfant.

Offrir des cadeaux magnifiques. La grande générosité est parfois un indice de la volonté de domination. Elle peut être une façon de prendre l’ascendant sur quelqu'un.

Offrir des cadeaux utiles. Les cadeaux utiles peuvent être les plus décevants. Ils véhiculent souvent un message indélicat qui désapprouve l'apparence ou le talent du bénéficiaire. 

Offrir des cadeaux empoisonnés. Ce sont des cadeaux que l’on ne pourra jamais rendre tant leur valeur est écrasante. Mais également ceux qui nous donnent une responsabilité que l'on n'a pas choisie comme un animal par exemple.

Ne rien offrir, ou pas grand chose. Cela cache souvent une grande fragilité narcissique. Ne pas être élevé dans l’idée qu’on peut faire plaisir peut engendrer un manque de confiance dans sa propre générosité. Plutôt que de donner de soi-même au risque de décevoir, on préfère offrir du conventionnel à petit prix ou s’abstenir.

Offrir des bons d’achat. Ce qui peut passer pour de l’indifférence peut correspondre à la peur de tomber à côté. Il y a dans ce don immatériel de la pudeur (celui qui offre ne dévoile pas ses goûts, son imagination) et du respect.

Soigner l’emballage. Organiser un jeu de piste, une surprise, fabriquer l’emballage ou le cadeau, c’est honorer le bénéficiaire de sa créativité et de son temps. L’originalité du présent est une manière d’affirmer sa singularité.


Et vous, quel cadeau offrez-vous ?

 

Le boum de la culture du lin dans l'Oise