• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Ensemble c'est mieux - Hauts-de-France

L'émission solidaire du lundi au vendredi à 10h50
Logo de l'émission Ensemble c'est mieux - Hauts-de-France

Le jeûne, et pourquoi pas ?

Selon Hubert Lévèque, naturopathe, le jeûne est une méthode d'autonettoyage de l'organisme, un peu comme la fonction pyrolyse de votre four. En ne mangeant pas, toute l'énergie digestive du corps est utilisée pour qu'il se nettoie tout seul.

Par MM

Qu'est-ce que le jeûne ?

Le jeûne désigne la privation volontaire de nourriture. À l'origine c'est une pratique spirituelle, pas thérapeutique. Dans la plupart des religions, il serait un moyen de se rapprocher de son dieu.

Mais le jeûne est aussi une pratique médicale. Lorsque nos cellules manquent de nutriments, elles s'autodigèrent pour protéger l'organisme, c'est l'autophagie. Ainsi le jeûne permettrait de lutter contre certaines maladie et ralentir le vieillissement de notre corps.

Il existe plusieurs types de jeûnes :
  • le jeûne complet : s'abstenir de tout aliment liquide ou solide sauf de l'eau ;
  • le jeûne partiel : aucun aliment solide, seuls les bouillons, jus de fruits ou de légumes et l'eau sont autorisés pour un apport inférieur à 300 kcal/j ;
  • le jeûne intermittent : alterner des phases de privation avec des phases de nutrition durant la journée. Par exemple 16h de jeûne pour 8h d'apports caloriques en sautant le petit-déjeuner ou le dîner ;
  • le jeûne long : se priver de nourriture pendant plusieurs jours sans aucun apport calorique.

La différence entre le jeûne long et le jeûne intermittent est que l'intermittent comprend une période d'apport calorique chaque jour. La sensation de faim ne disparaît qu'après un jour minimum, lors d'un jeûne intermittent vous aurez faim et serez plus sujet aux changements d'humeur et aux troubles du comportement alimentaire que lors d'un jeûne long.

Il faut être prêt mentalement et physiquement. Il est recommandé d'observer une phase de préparation en mangeant léger avant d'entamer la période de jeûne. La réintégration alimentaire doit elle aussi se faire en douceur, ne rompez pas le jeûne trop brusquement.
 
Le jeûne, et pourquoi pas ?
 

Que se passe-t-il dans le corps lorsqu'on jeûne ?

Lorsqu'il manque de glucose, l'organisme puise dans ses réserves de protéines et de lipides pour produire les corps cétoniques qui serviront de substitut. D'où le nom de la diète cétogène, régime pauvre en glucide et riche en lipide, qui mobilise les graisses corporelles pour perdre du poids et aider à lutter contre des maladies neurodégénératives et le cancer.

La fabrication des corps cétoniques augmente le taux d'acidité dans le sang. C'est à cela qu'on doit les nausées, maux de têtes ou de ventre et la faiblesse générale, plus incommodants que la faim du premier jour, dans le cas d'un jeûne long. À noter que si votre haleine sent l'acétone, c'est que vous êtes sûrement en train de brûler des graisses.

La faim et les éventuels changements d'humeur ou l'irritabilité ne durent normalement que 24h, le temps que le corps change son mode d'alimentation. Passé ce cap, on note généralement un état de bien-être et une stabilisation de l'humeur.


Le risque des corps cétoniques

Un jeûne doit être bien préparé, réalisé dans le cadre d'une bonne hygiène de vie, et surtout suivi par un professionnel du domaine comme un naturopathe.

Pour rappel, le jeûne se caractérise par la production de corps cétoniques augmentant le taux d'acidité dans le sang. Outre les effets bénéfiques, l'accumulation de ce substitut au glucose dans le sang peut s'avérer potentiellement toxique.

En cas de diabète, grossesse, pathologie musculaire ou cardiaque, insuffisance rénale, le jeûne est déconseillé… Dans tous les cas, même sans contre-indication particulière, mieux vaut être suivi dans ce processus lorsqu'on débute.


Mais pourquoi s'infliger cela ?

La bascule de l'organisme vers l'autophagie a plusieurs effets bénéfiques outre la perte de masse graisseuse. Le jeûne permettrait d'aider à lutter contre le cancer et des maladies neurologiques, chroniques, inflammatoires ou cardiovasculaires.

Selon des études américaines, un jeûne de 72 heures contribuerait à régénérer le système immunitaire entier en augmentant la production de globules blancs tout en se débarrassant des parties trop âgées devenues inutiles.

C'est là que réside cette fonction "autonettoyage" de notre corps. L'organisme recycle les cellules trop vieilles ou abîmées et se créer un nouveau système immunitaire.

Attention, si le jeûne peut être encadré médicalement dans certains pays, ce n'est pas le cas en France ! Le ministère des Solidarités et de la Santé rappelle que tout jeûne partiel ou total présente des risques sanitaires importants et graves. Prenez bien le temps de la réflexion et de l'échange quant à vos motivations.

Plus d'informations sur le sujet

 

Le cadeau de Sandra Moubarak