Ensemble c'est mieux - Hauts-de-France

L'émission solidaire du lundi au vendredi à 10h40
Logo de l'émission Ensemble c'est mieux - Hauts-de-France

Mon chien perd la tête, que faire ?

Mon animal perd la tête, que le faire ?

Le chien âgé peut être atteint du syndrome confusionnel. Changement de comportement, perte de mémoire, passivité... Un animal sénile peut présenter certains troubles. Nathalie Lavieille, vétérinaire, vous aide à comprendre et à gérer cette période de vie de votre compagnon.

Par MM avec Nathalie Lavieille, vétérinaire, chroniqueuse dans 9h50 le matin.

On estime qu'un chien de race géante vieillit plus vite qu'un chien de race naine, toutefois, l'âge à partir duquel on estime qu'un chien est âgé est 8 ans.


Les symptômes de la sénescence

La surdité est souvent le premier trouble du comportement que l'on observe chez un chien vieillissant. Les vieux chiens entendent généralement bien, mais l'information qui arrive au cerveau n'est pas correctement interprétée, ou ne provoque plus de réaction : seuls les bruits très motivants (clés, croquettes) éveilleront encore de l'intérêt.

Dans les mois qui suivent l'apparition de la surdité, d'autres changements du comportement peuvent survenir. À cause des troubles cognitifs, le chien n'arrive plus à apprendre quoi que ce soit de nouveau et oublie ce qu'il savait. Les troubles émotionnels et troubles de l'humeur peuvent aussi apparaître : le chien a peur sans raison ou devient irritable.

D'autres symptômes :
  • Inverser le jour et la nuit ;
  • oublier ce qui a été appris comme son nom ;
  • rester figé face au mur ;
  • avoir peur la nuit ;
  • grogner, changer de comportement ;
  • se lécher des membres.


Comment traiter cette dépression d’involution ?

L'ensemble de ces troubles est désigné par le terme de dépression d'involution, ou encore de syndrome confusionnel du vieux chien.

Ceci peut être dû au vieillissement des cellules du cerveau, mais les symptômes peuvent être amplifiés par un événement particulier : déménagement, arrivé d’un nouvel occupant, maladie métabolique, hépatique ou cardiaque. Certains dérèglement hormonaux (hyperthyroïdie ou hypercorticisme) peuvent également entraîner des troubles du comportement.

Un bilan gériatrique comprenant une auscultation et une prise de sang chez le vétérinaire pourront mettre en évidence ces origines. Il est conseillé en moyenne à partir de huit ans ou dès l’apparition de ces symptômes.

Comme pour les êtres humains, la stimulation mentale et physique du chien améliore de manière significative la fonction cognitive. Un nouveau compagnon peut aussi permettre de le stimuler. Laisser une petite veilleuse la nuit évitera le stress de l'animal.

Rehausser les gamelles et faire des balades de quinze minutes par jour permettent de limiter les douleurs arthrosiques. Stimuler le cerveau en jouant avec lui ou en le promenant dans des lieux publics est primordial.

Des traitements pour oxygéner le cerveau et limiter sa dégénérescence existent. Couplé à une stimulation cognitive, la vieillesse de votre compagnon se passera en douceur.

A lire aussi