• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Ensemble c'est mieux - Hauts-de-France

L'émission solidaire du lundi au vendredi à 10h50
Logo de l'émission Ensemble c'est mieux - Hauts-de-France

La prévention du cancer de la prostate

La prévention du cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez les hommes. Jorge Villamizar, urologue, était sur le plateau de 9h50 le matin en compagnie de Céline Vaconsin, médecin, pour en parler.

Par MM

Le mouvement Movember

Contraction des mots "moustache" et "novembre" en anglais, Movemenber est un mouvement de sensibilisation aux cancers de la prostate et des testicules et à leur prévention. Au mois de novembre, les hommes se laissent pousser la moustache pour faire prendre conscience du sujet et dédramatiser.

Ce mouvement permet de communiquer au grand public sur l'importance de consulter son médecin. La moustache de novembre aide à en parler autour de soi, entraîner de conversations ou des dons.
 

La prostate, ça sert à quoi ?

La prostate est un organe qui sert essentiellement à la reproduction chez les hommes. Elle participe à la production de liquide prostatique qui rentre dans la composition du sperme. Toutefois elle n'a aucun rôle hormonal et n'est pas indispensable à la fécondité.

Vers la cinquantaine, cette glande commence à se développer et s'hypertrophier. Cela crée une obstruction à l'évacuation des urines. C'est pourquoi beaucoup d'hommes commencent à avoir des problèmes urinaires vers 50 ans, c'est à dire uriner très fréquemment. Toutefois ce n'est pas une source d'inquiétude pour le cancer.
 

Le dépistage du cancer de la prostate

Tous les hommes n'auront pas un cancer de la prostate mais celle-ci peut se transformer et en provoquer un. Il existe des facteurs de risques familiaux. S'il existe des antécédents de cancer du sein ou de la prostate dans la famille, il faut en parler à son médecin.

Le dépistage ne consiste plus systématiquement en un toucher rectal mais celui-ci ne doit de toute façon pas être un frein pour se faire dépister. Aujourd'hui une prise de sang pour doser l'antigène spécifique de la prostate (PSA) ou l'IRM permettent d'évaluer le risque.
 

Et après ?

N'ayez pas peur, dans de nombreux cas même si le cancer est diagnostiqué il n'y a pas forcément de traitement. C'est une maladie dont on connais l'évolution et il est possible de continuer à vivre avec un petit cancer qui ne nécessitera qu'une surveillance régulière.


N'oubliez pas que plus tôt une maladie est dépistée,  plus facile est la prise en charge !

 

Les clefs de Mat Bastard