Ensemble c'est mieux - Hauts-de-France

L'émission solidaire du lundi au vendredi à 10h40
Logo de l'émission Ensemble c'est mieux - Hauts-de-France

Pratique : quels rituels adopter pour le coucher des enfants ?

Les rituels du coucher chez l'enfant

Le moment du coucher est très important dans la journée d’un enfant. Il marque la fin de la journée et doit être respecté afin de permettre au tout petit comme au plus grand d’accéder au repos dont le corps et le cerveau ont besoin pour se développer.

Par Madison Mouquet

Le moment du coucher

Le coucher indique qu’il est temps de se laisser basculer vers le sommeil, il faut se séparer de ses parents. Le soleil disparaît, il fait noir et l’enfant se trouve seul dans son lit. C’est donc un moment qui peut être plus ou moins problématique en fonction de plusieurs facteurs :
 
  • L’âge et le niveau de conscience de l’enfant : l’imaginaire est beaucoup plus développé dans l’enfance, la différence entre le réel et l’imaginaire n’est pas encore évidente. L’obscurité de la nuit peut peut encore plus le stimuler.
     
  • Le tempérament de l’enfant : les enfants plus anxieux auront besoin d’un peu plus de réassurance, les enfants nerveux ont besoin d’être accompagnés vers l’état de détente nécessaire au sommeil.


Les rituels du coucher

L’accès au sommeil nécessite d’accepter de lâcher prise, de se laisser aller au vide et surtout de se séparer. Il peut réactiver des angoisses de séparation. Elles apparaissent vers huit mois puis peuvent être réactivées en fonction de la sensibilité et des évenements que rencontre l’enfant.

C’est en cela que les rituels sont nécessaires :
 
  • Ils permettent de rassurer l’enfant en lui donnant un cadre sécurisant. Tous les couchers se déroulent de manière identique, l'enfant sait à quoi s’attendre au réveil.
     
  • Ils vont permette d’évoquer les peurs que rencontre l’enfant et de les désamorcer (peur du noir vers 2ans, peur des monstres vers 4-5ans, difficulté à se séparer d’un parent pendant la période Oedipienne...).
     
  • Ils vont parfois également venir en aide aux parents qui projettent leurs propres peurs ou culpabilité de se séparer de leur enfant.


Quels rituels adopter ?

Il s’agit toujours de les adapter à l’âge et à la sensibilité de l’enfant. L’important est de l’accompagner de manière rassurante et affectueuse afin qu’il se sente apaisé au moment de s’endormir.
 
  • Prévenir l’enfant que l’heure du coucher arrive.
  • veiller à garder un environnement calme ;
  • arrêter les écrans ;
  • aller aux toilettes, se laver les mains et se brosser les dents ;
  • faire un petit résumé de la journée ;
  • faire un petit exercice de respiration pour se calmer, une chanson, une histoire ;
  • la chambre doit être rassurante (veilleuse pour les enfants qui ont peur du noir, mais nul besoin d’anticiper les peurs) ;
  • attention à ne pas laisser s’éterniser les rituels, cela risquerait au contraire de traduire la difficulté du parent à se séparer et de renforcer les angoisses de l’enfant.

Les rituels du coucher doivent permettre à l’enfant de partager avec son ou ses parents un moment qui le rassure affectivement et le sécurise face à la rupture que représente le passage vers le sommeil.
 
Thibaut Rysman et Eugénie Adam, psychologue / © France 3 Hauts-de-France
Thibaut Rysman et Eugénie Adam, psychologue / © France 3 Hauts-de-France

A lire aussi

Kamini revit la Belle Epoque à Mers-les-Bains