© MaxPPP
© MaxPPP

Kevin Carmina, journaliste à La Voix l'Etudiant, propose, de vous rappeler en quoi les études à l'étranger sont un plus. Comment ? Avec quelles aides financières ? Quand vaut-il mieux s'y prendre pour partir en septembre ? Réponses ce jeudi dans 9h50 le matin. 

Par Kevin Carmina

Pourquoi partir ?
Apprentissage ou perfectionnement d’une langue étrangère, autonomie, ouverture d’esprit, découverte d’une autre culture... les raisons de partir faire ses études à l’étranger ne manquent pas. Quel que soit le diplôme préparé et la filière, une expérience à l’international est très recommandée, pour ne pas dire indispensable.

Comment partir ?
- Erasmus + : c’est le dispositif le plus connu. Il s’adresse aux étudiants souhaitant partir pendant une période de 3 à 12 mois, mais aussi aux apprentis, aux jeunes actifs… Il fête cette année ses 30 ans et permet de partir dans 33 pays d’Europe.
Comment s’inscrire ? Il faut être au minimum en 2e année.
-Niveau de langue : Il ne faut pas nécessairement être bilingue avant de partir ! Le niveau est regardé, notamment si vous partez dans les pays de l’Est de l’Europe, il faut justifier d’un niveau minimum (TOEIC), mais forcément, si vous étudiez le sport ou les sciences, la compétence linguistique sera moins cruciale que si vous êtes inscrit en histoire, en littérature ou en sociologie.

- Volontariat VIE : chaque année des milliers de jeunes tentent l’expérience du volontariat international en entreprise (VIE) pour exercer des missions professionnelles rémunérées avec des indemnités mensuelles qui vont de 1 300 à 3 900 euros. Les destinations de prédilection sont les États-Unis, la Chine ou encore le Royaume-Uni. Pour pouvoir être considéré comme volontaire à l’étranger, une convention doit être conclue entre l’entreprise et Business France, organisme qui instruit les demandes d’affectation.  Les missions ont une durée comprise entre 6 et 24 mois

- Le programme d’échange CREPUQ aide les étudiants à partir au Québec dans le cadre de leurs études. crepuq.qc.ca

- Séjours linguistiques : l’immersion à l’étranger reste la formule idéale pour maîtriser rapidement une langue. Le principe : vous suivez des cours dans une école tout en participant à des activités culturelles à raison de 5 à 30 heures de cours par semaine. Certains organismes comme EF, Kaplan, ESL, STS… proposent près d’une centaine de destinations à travers le monde et la durée du séjour varie d’une semaine à un an ! Seul inconvénient : le coût, comptez plus de 1 000 euros pour 15 jours avec cours et hébergement compris.

Quelles aides financières ?
- Erasmus + permet de bénéficier d’une bourse pour les frais à l’étranger (logement, transport, alimentation). Le montant varie de 150€ à 300€ par mois.
- Bourse Mermoz lancée par le Conseil Régional en octobre 2016. Elle s’adresse aux étudiants de l’enseignement supérieur, aux étudiants en formation sanitaire et sociale, aux apprentis du supérieur, ainsi qu’aux étudiants en section BTS effectuant une mobilité à l’étranger. Le montant peut aller jusqu’à 400 euros par mois.
NB : La demande de bourse de mobilité doit être adressée à la Région avant la fin du séjour à l’étranger.
-Il existe une bourse spécifique pour l’Allemagne et le Royaume-Uni. Le British Council délivre des bourses aux étudiants bac +4 qui souhaitent faire une année au RU. L’office Franco-allemand pour la jeunesse attribue aussi des bourses aux étudiants des Beaux-Arts, mais aussi pour ceux étant dans la recherche documentaire ainsi que pour les futurs profs.