hauts-de-france
Choisir une région
Les noix contiennent des omégas 3 / © MaxPPP
Les noix contiennent des omégas 3 / © MaxPPP

On en entend beaucoup parler et on leur attribue beaucoup de vertus. Que savons-nous des omégas 3 actuellement ?

Par Stéphanie Maccioni, diététicienne à L'Institut Pasteur de Lille.

Quelques éléments de réponse sous forme de vrai-faux : 

1. Les omégas 3 sont une forme de graisse ?

VRAI.
Ils font partie de la grande famille des acides gras polyinsaturés.


2. Les omégas 3 diminuent le taux de cholestérol ?

FAUX.
Ils n’ont pas d’incidence sur le taux sanguin du cholestérol. En revanche, ils protègent les artères de l’athérosclérose, ces plaques qui durcissent les artères et provoquent des infarctus, des AVC et autres problèmes cardiovasculaires.  Les omégas 3 ont une structure chimique qui font d’eux des graisses fluides et plus souples.
En entrant dans la composition des membranes de nos cellules, ils favorisent l’élasticité de nos artères, leur évitent de durcir et de se fragiliser prématurément.
Par contre, ils diminuent le taux de triglycérides sanguins ainsi que la pression sanguine et le rythme cardiaque, luttent contre les inflammations.


3. Les omégas 3 protègent de la maladie d’Alzheimer ?

VRAI.
Notre cerveau est composé majoritairement de graisses. Comme dans le cas des artères, la qualité de ces graisses joue un rôle sur le vieillissement de nos neurones. Les oméga 3 permettent de meilleurs échanges entre les cellules de notre cerveau.
Il semblerait que la consommation d’omégas 3 reculerait jusqu’à 5 ans l’apparition des symptômes de la maladie d’Alzheimer sans pour autant l’éviter complètement. Ces graisses amélioreraient le fonctionnement de notre cerveau et aideraient à lutter contre certaines formes de dépression, notamment celle du post-partum (dépression qui touchent les femmes après leur accouchement).

Un champ de colza / © MaxPPP
Un champ de colza / © MaxPPP

4. Les omégas 3 se trouvent facilement dans l’alimentation ?

VRAI et FAUX
Peu d’aliments en contiennent. Un moyen mnémotechnique assez simple pour retenir les aliments qui en contiennent le plus : « Les noix, le colza et les poissons gras contiennent des oméga 3 ». Trois aliments qui riment ensemble. On en trouve également dans d’autres huiles comme l’huile de lin ou de germe de blé (mais pas l’huile d’olive malheureusement pour les amateurs de cuisine méditerranéenne), dans la chair des animaux nourris avec eux même des oméga 3 (graine de lin par exemple).

Sachez que les poissons d’élevage comme le saumon peuvent contenir 4 à 5 fois moins d’omégas 3 que leurs congénères sauvages. On en trouve aussi dans les œufs si la poule en a consommé à son tour, en picorant des « mauvaises herbes » par exemple et non nourrie au maïs (vive les poules de mon voisin !).

Car le maïs et d’autres aliments (huile de tournesol, d’arachide, de soja…) contiennent des oméga 6 qui limitent l’absorption par notre organisme des fameux omégas 3 ! A savoir également : les omégas 3 supportent mal les hautes températures. Inutile donc de vous mettre à faire des frites à l’huile de colza ! Quant aux sardines, préférez-les en boite plutôt qu’au barbecue !

A lire aussi