• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

9h50 le matin - Nord Pas-de-Calais

lundi, mardi, jeudi et vendredi à 9h50
Logo de l'émission 9h50 le matin - Nord Pas-de-Calais

Une prothèse auditive - accessoire de mode : c'est pas incompatible ! Loin de là !

© Sébastien Jourdan
© Sébastien Jourdan

Wahiba Baha nous présente une création sympa, celle de l'entreprise Odiora.

Par Wahiba Baha

La France compte 6 millions de malentendants, sur ces six millions, 10 à 15% sont appareillés. On hésite moins à poser des implants aux enfants. Les appareils auditifs vont se développer comme les lunettes et devenir par conséquent un véritable accessoire de mode ! C’est pourquoi, sourdes ou malentendantes, elles sont plusieurs jeunes femmes aujourd’hui à se lancer dans la création de bijoux auditifs.

Nathalie Birault, vous êtes créatrice de bijoux auditifs et fondatrice d’Odiora, parlez-moi tout d’abord de vous ?
Nathalie : Lyonnaise et créative, diplômée des beaux-arts et passionnée de bijoux, en premier lieu, infographiste et webmaster pendant 5 ans, j’ai décidé par la suite d’entreprendre pour lier mes passions et mon engagement social. En créant Odiora, je fais des appareils auditifs un accessoire aussi tendance qu’une paire de lunettes, pour valoriser les malentendants. Ma surdité est apparue brutalement à 12 ans, aucun médecin ne m’a dit pourquoi, alors j’ai cherché à comprendre cet univers qui m’était inconnu.

Comment vous est venu l'idée de faire des prothèses auditives bijoux ?
Nathalie : Je n’ai pas toujours assumé mon appareillage marron qui stigmatisait mon handicap et me mettait à l’écart. Plus tard, j’ai compris qu’il fallait que j’accepte ma différence pour que mon entourage puisse me parler sans tabou et s’adapter à moi. Adolescente et coquette, j’ai customisé mes appareils auditifs en demandant des coques roses et transparentes à mon audioprothésiste. En choisissant ces couleurs, j’affirmais ainsi ma singularité. Malheureusement changer les couleurs des coques demande un passage chez l’audioprothésiste et un délai d’une semaine… Fashion addict, j’ai rêvé de les customiser en 5 secondes, pour les assortir avec ma garde-robe, j’ai donc fait plusieurs essais pour déposer des bijoux sur mes appareils… et aujourd’hui je propose avec Odiora un système d’accroche universel qui permet de fixer un bijou très facilement.

Pouvez-vous expliquer comment vous avez décidé de lancer Odiora ?
Nathalie : Mon déclic : l’émotion dans le regard d’une petite fille malentendante ! Un jour j’ai offert, un de mes bijoux à une petite fille et son regard m’a transformé... Juste après avoir mis le bijou sur ses appareils auditifs elle a couru voir tout le monde dans la salle pour montrer son oreille fleurie. Ses yeux brillaient de fierté et l’entourage a vraiment bien accueilli la nouvelle. Ce fut un grand moment d’émotion. Ensuite, j’ai testé le concept en animant un blog de partage d’expérience entre malentendants et animé des stands dans les associations. Chaque rencontre est riche en émotion, c’est pourquoi je tente l’aventure de l’entreprenariat car c’est un travail à temps plein. En 2016, mon projet a été sélectionné dans un incubateur d’entreprise sociale et solidaire Ronalpia, ce qui m’a permis pendant 9 mois de structurer mon offre, mon business plan et endosser le rôle d’entrepreneur. Pour financer les frais de développements Odiora, le temps que ces bijoux soient sur chaque oreilles attentive… Je participe à de nombreux concours d’entrepreneur et donne mes dossiers dans les Fondations d’entreprise. Aujourd’hui Odiora est une marque de mode, membre du Village des Créateurs, soutenue par la Fondation Banque Populaire et primé par L’EM et ATOS. En avril 2017, Odiora a participé au 39e Congrès des Audioprothésistes à Paris et la profession a été touchée par l'intérêt de la mission Odiora.

Quel est donc le secret de vos inspirations ?
Nathalie : C’est après un voyage à Tahïti où j’ai pu ressentir et recevoir de la bienveillance, des sourires des couleurs des senteurs des goûts, que j’ai adorés et que j’aimerai retrouver un jour. La fleur c’est la première chose que l’on m’a offert en posant les pieds sur l'île. Pour moi, elle symbolise la bienvenue par un accueil coloré, chaleureux et enivrant. Plus tard, j’ai compris que cette fleur est un vrai moyen de communication entre vous et ce langage visuel m’a beaucoup émue. Je l’ai trouvé très délicat, simple et accessible à tous. J’ai rêvé alors de parler de mon handicap auditif avec autant d’élégance et de simplicité que votre culture. D’ailleurs je suis tellement admirative de Tahiti que la marque Odiora est inspirée des consonances de la langue tahitienne, un mélange de “Ia Orana” et de français pour “Audio” et “Ora”.

Aujourd'hui, il existe certaines prothèses auditives peu visibles, y mettre un bijou ne rend-elle pas cette prothèse plus visible ?
Nathalie : Je ne cherche pas à cacher les appareils mais “attirer le regard avec élégance”, pour demander aux entendants de faire attention à la communication. L’œil est attiré par le bijou différent d’une boucle d’oreille par sa place, son mouvement, sa forme et permet d’oublier complètement l’appareillage. Je créée aussi des bijoux pour les “entendants” afin de ne pas stigmatiser le bijou sur le handicap, mais en faire un véritable accessoire de mode,  pour être ensemble et solidaire pour une belle communication, c’est pour cela que je parle d’”oreilles attentives”.

L'agriculture de l'Union européenne peut-elle être verte ?