• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Tchèche qu'il o foait chol baie d'Sonme ? (Qui a fait la Baie de Somme ?) Selon Jean-Mary Thomas, d'après des contes et légendes locales : "Les scientifiques vous disent ceci ou cela, mais ce qu'ils vous cachent c'est la vérité. C'est Gargantua qui a creusé notre baie de Somme !" S'il vous le dit ! 

Par Julien Guéry

Version picarde :

Inhui  l'mon-ne intieu i sait à d'où qu'al est no baie de Sonme ! mais tchèche qui porroait m'dire écmint qu'al a té foaite ? és n'origine ? point gramint d'gins j'ai idée ! o ! bié seur, chés honmes éd scienche i vo dit't chi, i vo dit't cho, mais ch'qui vous much't, ch'est la vérité. Chol "véritabe vérité vraimint vraie", ch'est qu'ch'est Gargantua, ch'gayant à l'gargatte inrassasiabe qu'il o creusé no baie d'Sonme.

Ch'étoait i y o gramint gramint d'temps ! Gargantua ch'est un rouleu, un vadrouilleu qui rodaille din tous chés poéyis. Un bieu jour in plein moès d'Au il o un pécavi : foaire el tour éd no Picardie. I rvénoait d'on n'sait point d'où per ène caleur du diabe pi i cminche par alleu vir chés catieux dl'Oèse : Chantilly, Pierrefonds, Compiègne... Quiques ingambées pus terd el vlo dins l'Aisne du côté d'Saint Quentin à d'où qui s'assit pour mingeu un tchot saquoi : aveuc és main droète i déteupe un bégneu d'maroilles tout preu d'Djuise et pi d'l'eute un béri d'Champagne à Catieu-Thierry ; il inforne toute in moins d'deux.

In s'ratampichant i ravise un tchot rio tout preu d'Fonsommes , ch'est l'source éd la Sonme. Tellmint qui foait queud il aglave éd'soé mais chu filet d'ieu il est d'trop piot pour boère. Adon il l'lé suit pi trouos pos apreu il est dsus Anmiens ; un pieud à Dury, l'eute à Poulainville, i s'bache pour erbayeu d'pu preu chol cathédrale, minguerlette, interdeux ses gambes. In s'erdréchant il advine dé loin ène gran-ne taque bleuse : la mer.

Conme i foait d'pu in pu queud, no gayant il est essoélé, tchuit, ratatchuit ! alors, rondébilis, il avanche édsus Adville à d'où qu'il arrive in suant des gouttes conme des potirons qui dégoulinent't din ses ziux. Aveuc ses peus i s'échue pi ch'est in scouant ses mains dvant li qu'i créé chés mares à huttes. Ed saint Vulfran i voait bien la mer achteure, alors il avanche sin pieud geuche vers chés falaises du Bourquédeut, à Friaucourt exactémint, pi l'eute alintour éd Noyelles, edvant l'foérêt d'Carcy.

Atampi lo, la Sonme interdeux ses gambes, aglavant d'soè, sin gaviot écli, i s'bache duchemint pour èn point baleu dins la mer ; il met ses mains conme des tchuillères, i n'in plinte ène lo qu'inhui y o chu Hourdel et pi l'eute leu qu'y o ch'Crotoé ; i zzé rassanne conme ène pelleteuse pour pucher ène boène lapée d'ieu pour dessoéler s'gargate et pi rafraitchir ses lippes in fu.
Ch'est conme o mes gins qu'él Baie d'Sonme al o té foaite.

Si o n'mé creuyeu point éj peut jureu pi certifier véritabe conme chés tchiens i pich't à zz'abes, qu'à Friaucourt et pi à Noyelles y o coère inhui él trache éd chés pos d'ech gayant ; o z'apelle "chés fosses éd Gargantua". A Tchéyeux o poveu étou alleu boère à m'sinté ène pinte à ch'cabaret d'Gargantua, mais o poveu étou alleu à chtileu d'éch coin minteu ! ch'est conme o voleu.

Source : Histoères, contes et puis légindes d'éch poéyis picard de Jean-Marie François, arringé à m'seuce.

Version française :

C'était il y a longtemps ! Gargantua est un grand voyageur qui erre dans tous les pays. Un jour, en plein mois d'août, il lui vient une idée soudaine : faire le tour de notre Picardie. Il revient d'on ne sait où par une forte chaleur et il commence par visiter les châteaux de l'Oise : Chantilly, Pierrefonds, Compiègne...  Quelques enjambées après, le voila dans l'Aisne vers Saint Quentin où il s'assoit pour manger ; avec la main droite il trouve un chariot de maroilles près de Guise et de l'autre un baril de Champagne à Château-Thierry. Il avale tout à toute vitesse.

En se relevant il aperçoit un petit ru près de Fonsommes, c'est la source de la Somme. Il fait tellement chaud qu'il meurt de soif mais le filet d'eau est trop petit pour boire dedans. Il le suit et trois pas après il est sur Amiens ; un pied à Dury, l'autre à Poulainville, il se baisse pour regarder la cathédrale, petite entre ses jambes. En se redressant il devine de loin une grande tache bleue : la mer.

Comme il fait de plus en plus chaud, notre géant est assoiffé, fatigué ! Alors, rapidement, il avance sur Abbeville où il arrive en transpirant des gouttes comme des potirons qui lui coulent dans les yeux. Aves ses pouces il s'essuie et c'est en secouant ses mains devant lui qu'il crée les mares à huttes. De Saint-Vulfran il voit bien la mer maintenant, alors il avance son pied gauche vers les falaises d'Ault, à Friaucourt exactement, et l'autre aux alentours de Noyelles avant la forêt de Crécy.

Debout, la Somme entre les jambes, mourant de soif, la gorge sèche, il se baisse doucement pour ne pas basculer dans la mer ; il met ses mains en forme de cuillères, en plante une à l'emplacement du Hourdel d'aujourd'hui et l'autre au Crotoy. Il les rassemble comme une pelleteuse et puise une grande quantité d'eau pour abreuver sa gorge et rafraichir ses lèvres en feu.

C'est ainsi, mes amis, que la baie de Somme a été faite.

Si vous ne me croyez pas, je peux jurer pour "certifier véritable comme les chiens pissent aux arbres" qu'à Friaucourt et à Noyelles, il y a encore aujourd'hui la trace des pas du géant : on les nomme "les fosses de Gargantua". A Cayeux-sur-Mer, vous pouvez aussi aller boire une pinte à ma santé au bistrot "Gargantua", mais si vous préférez aller à celui "du coin menteur", c'est comme vous voulez !

Pourquoi Terdeghem est-il un des plus beaux villages du Nord Pas-de-Calais ?