Il y a deux cents ans naissait dans l'Aisne Jean-Baptiste André Godin, fabricant de poêles en fonte et créateur du Familistère de Guise, « Palais social de l’avenir », un ensemble architectural unique regroupant des logements pour ses ouvriers, une école, des crèches ou encore un théâtre.

Par France 3 Picardie

Né à Esqueries dans l'Aisne fin janvier 1817, il y a tout juste deux siècles, Jean-Baptiste André Godin a eu une jeunesse compliquée. A 11 ans; il travaillait déjà le fer dans l'atelier de serrurerie de son père. Il n'allait pas beaucoup à l'école, où s'entassaient une centaine d'enfants et un instituteur alcoolique.

Désireux de s'instruire, il prit sa destinée en mains et quitta l'atelier familial pour faire le tour de France des Compagnons avec son cousin. Il lisait Rousseau et Diderot, s'intéressait à la politique, aux réformes sociales et visita tout le midi de la France, où il découvrit, dans le froid et la faim, le dur monde de l'usine. C'est durant cette période qu'il prit conscience de la détresse matérielle des ouvriers et du manque d'organisation du travail.

De retour chez lui, il déposa un brevet pour la fabrication de poêles en fonte. Il créa son atelier en 1840 avec deux ouvriers et développa son activité avec succès. En 1846, il déplaça son usine à Guise. En quarante ans, l'atelier de trente personnes devint une usine très prospère de 1500 salariés.

Jean-Baptiste André Godin consacra sa fortune à améliorer les conditions de vie de ses ouvriers et fonda en 1859 le Familistère.

© MaxPPP
© MaxPPP


Plusieurs familles habitaient et vivaient en communauté dans cet ensemble de bâtiments. Il y avait les immeubles d'habitation, dont le plus important s'appelle le "Palais social". Les ouvriers y habitaient en copropriété avec les contremaitres, les ingénieurs et le patron dans des appartements attribués en fonction du nombre d'occupants.

Ces logements étaient salubres, confortables, lumineux avec l'eau potable à chaque étage ; ils entouraient une grande place centrale, où l'air circulait grâce à des puits artésiens.

Le Familistère disposait aussi d'écoles, mixtes et obligatoires jusqu'à 14 ans, d'un théâtre, d'une bibliothèque, d'une piscine avec cabines de douche, d'un économat, d'une boulangerie, d'une buvette, de jardins de culture et d'agréments etc.
Les salariés bénéficiaient aussi d'une caisse de protection sociale contre les accidents du travail et la maladie et d'une retraite aux plus de 60 ans.

Godin s'est éteint le 15 janvier 1888. Son aventure, son utopie prit fin en 1968 et aura duré 88 ans.

Le Familistère, classé Monument historique depuis 1990 a été réhabilité en 2003 dans le cadre du programme "Utopia".