hauts-de-france
Choisir une région

La France en vrai

Le lundi à partir de 22h30, deux documentaires, pour porter un regard sur des histoires remarquables, des histoires de société, des histoires de la France en vrai.
Logo de l'émission La France en vrai

DOCUMENTAIRE. La Buse, l'or maudit des pirates - 2ème partie

© Kapali Studios/France Télévisions - Réunion 1ère
© Kapali Studios/France Télévisions - Réunion 1ère

Né à Calais en 1695, Olivier Levasseur (ou Vasseur) s'engage sur un bateau corsaire à 15 ans. La fin de la guerre d'Espagne laisse les corsaires sans lettres de marque. Olivier, surnommé La Buse - devient un pirate renommé, respecté et son butin est toujours source de mystères en 2020. 

Par JM

La Buse, l'or maudit des pirates - 2ème partie



Si vous avez raté le début

1714. La fin de la guerre de succession d'Espagne avait enflammé les mers du globe. Les lettres de marque avaient démultiplié le nombre de Corsaires pour suppléer les marines des parties en conflit. Le brusque retour à la paix avait laissé tous ces forbans desoeuvrés. Il leur fallut fort peu de temps pour continuer leurs activité sns autorisation royale et, ainsi, virer pirates. 
C'est à ce moment que la première partie de "La Buse, l'or maudit des Pirates" se terminait.
La Buse, né Olivier Levasseur à Calais cotoyait d'autres pirates devenus mythiques : les Hornigold, Barbe-Noire ou autre Sam Bellamy. 
Ecumant la mer des Caraïbes, ils pillent et amassent des butins qui font encore fantasmer aujourd'hui. 

Le replay de la première partie

La Buse - 1ère partie
 

La ronde des pirates


Le 7 août 1718 marque un tournant dans la piraterie caribéenne avec l'arrivée du nouveau gouverneur des Bahamas, Wood Rogers à New-Providence (Nassau). Les habitants, parmi lesquels Benjamin Hornigold et autres pirates, lui font une haie d'honneur et acclament son discours d'investiture. L'archipel est aux mains des pirates depuis plusieurs décennies, aussi, pour ramener l'ordre et reprendre la ville, le Roi offre la grâce à 600 pirates. Ces derniers n'hésitant pas à redevenir corsaires... et à chasser les derniers pirates. 
La Buse, éternel indomptable, et quelques camarades entament "la ronde des pirates". C'est ainsi que l'on nomme leur fuite vers l'océan indien et Madagascar. 
 
© Kapali Studios/France Télévisions - Réunion 1ère
© Kapali Studios/France Télévisions - Réunion 1ère
 

Le trésor de la Vierge du Cap

Le second volet du film se focalise sur cette nouvelle zone de piraterie et sur l'attaque par La Buse et son principal acolyte, le paranoïaque Capitaine Taylor. 
En 1721, faisant voile vers l'île Bourbon, ils tombent littéralement sur "La Vierge du Cap", un vaisseau portugais en réparation. Un violent cyclone a laissé la vie à ses passagers de haut-rang par miracle. La Buse et Taylor seront moins cléments que le cyclone. Une rançon pour le vice-roi des Indes et le gouverneur de Goa et l'attaque d'un bateau  dont tous les canons ont coulé, cela relève du miracle pour le maléfique duo pirate. 
L'attaque fut rapide et son butin tellement précieux que la légende fait encore rêver les chasseurs de trésors du monde entier. Les historiens estiment la part de La Buse à l'équivalent de 1 million d'euros actuels ! 
 
© Kapali Studios/France Télévisions - Réunion 1ère
© Kapali Studios/France Télévisions - Réunion 1ère
 

Qui veut gagner un million ?

La légende dit que le capitaine aurait alors fait le choix de cacher sa part du butin et que n'ayant pu la récupérer par la suite, il aurait donné l'emplacement de ce trésor dans un document codé lancé à la foule du haut de la potence. 
Quelques-uns des forbans qui écumaient encore les mers, les océans et les lagunes du monde entier continuèrent à se rendre progressivement aux autorités, au fil des amnisties royales, mais La Buse s'y refusa toujours. La seule issue pour un pirate fait prisonnier est la mort, sans procès. Olivier Levasseur est mort le  7 juillet 1730 à 17h00. 
 
Le cryptogramme lancé par La Buse à la foule, du haut de son gibet. / © Kapali Studios/France Télévisions - Réunion 1ère
Le cryptogramme lancé par La Buse à la foule, du haut de son gibet. / © Kapali Studios/France Télévisions - Réunion 1ère
 

Une âme perdue

Il gît dans une tombe du cimetière de St-Paul à la Réunion. une tombe fictive - ou cénotaphe, bâtie au milieu du 20ème siècle. Pourtant, elle est scène de nombreuses offrandes et sujette à superstitions, tant de la part des chasseurs de trésors que des amateurs de paranormal.
Le Chasseur de trésors réunionnais Bibique fit les frais de ces superstitions quand il découvrit un trésor et dut affronter la foule qui estimait que la découverte d'un butin pirate découlait d'un sacrifice fait par son inventeur pour racheter l'âme du pirate. 
Le cryptogramme lancé par le pirate du haut de son gibet garde tout son mystère... pour le moment ! 
 
Le cénotaphe d’Olivier Levasseur/La Buse, couvert d'offrandes au cimetière marin de St-Paul à la réunion / © Kapali Studios/France Télévisions - Réunion 1ère
Le cénotaphe d’Olivier Levasseur/La Buse, couvert d'offrandes au cimetière marin de St-Paul à la réunion / © Kapali Studios/France Télévisions - Réunion 1ère


La Buse, l'or maudit des pirates, un film en 2 partie réalisé par William Cally
Musique originale de Christophe Laporte
Production Kapali Studios/France Télévisions - Réunion 1ère







 

A lire aussi