La France en vrai

Le lundi à partir de 22h45, deux documentaires, pour porter un regard sur des histoires remarquables, des histoires de société, des histoires de France.
Logo de l'émission La France en vrai

DOCUMENTAIRE. Loïc et Théo, deux “enfants du terril”

Le documentaire suit le quotidien de deux enfants vivant sous le seuil de pauvreté. / © Capture d'écran
Le documentaire suit le quotidien de deux enfants vivant sous le seuil de pauvreté. / © Capture d'écran

Loïc a 15 ans et se bat contre sa phobie scolaire. Son petit frère, Théo, a 10 ans. Les deux font partie des 3 millions d'enfants pauvres en France. "Enfants du terril", diffusé le 7 octobre, dresse leurs portraits et relate leurs coups de colère comme leurs espoirs d'une vie meilleure.

Par France 3 Hauts-de-France

Le 12-14, c'est le terrain de jeux de Loïc, 15 ans, et de son petit frère, Théo, 10 ans. Cette petite cité minière de la ville de Lens comptait, en 2014, 44,4 % de foyers vivant en dessous du seuil de pauvreté et un taux de chômage à 42,6%.

Loïc souffre de phobie scolaire et peine à terminer sa classe de troisième. On le suit en rendez-vous d'orientation professionnelle, poser ses conditions pour qu'il reprenne le chemin de l'école et "qu'il remette le pied à l'étrier". A la proposition de lycée professionnel et d'un retour sur les bancs de la classe en demi-groupe, il répond :

"Je ne vais pas dire oui, je ne vais pas dire non, (...) j'aurais peut-être un peu de mal (...) je vais être franc, il faut voir si c'est toujours la gaminerie et les mêmes trucs."

Loïc a fait son coming-out, alors le harcèlement scolaire, qu'il subissait déjà, s'est accentué. Il est effectivement franc et raconte les humiliations, la colle et le blanc sur ses vêtements. Pendant que son frère danse devant l'émission de télé-réalité Les anges de la télé-réalité, lui se rêve mannequin ou chanteur. 

Théo, son petit frère, s'étonne que le père d'une de ses copines travaille. A l'usine. Pendant qu'il raconte les passages de sa mère aux Restos du coeur les "lundi, mardi et jeudi" pour nourrir la famille et l'absence de revenus. "Dès qu'elle a des sous, elle va faire des courses (...) Des fois c'est des frites, des frites et des frites. Et puis après ça change", précise Théo.

Patricia, leur mère, se bat au quotidien pour maintenir une cohésion familiale et assurer un avenir à ses fils, avec 900 euros par mois :

"Si on veut se faire plaisir, si c'est pas ce mois-ci, ce sera le mois d'après." 

Dans le quartier, les enfants jouent dans les jardins en friches et les maisons destinées à être démolies. En 2014, la cité 12-14 faisait partie des 25 quartiers prioritaires dans le Nord-Pas-de-Calais, soit l'un des quartiers "où la pauvreté est la plus forte, et où les habitants ont aujourd'hui le plus de mal à se loger correctement, à accéder aux services publics ou à des transports de qualité". Même si, aujourd'hui, le 12-14 a intégré la liste des nouveaux projets de renouvellements urbains.
 

"Enfants du terril", un film de Frédéric Brunnquell et Anne Ginztburger

A lire aussi

Dimanche en politique en Picardie : Policiers, sapeurs-pompiers et élus agressés : halte au feu ?