Enquêtes de région

Logo de l'émission Enquêtes de région

La mobilité, une affaire qui roule ?

Enquêtes de région : La mobilité, une affaire qui roule ?

Vélo, train, bus ? Quels modes de transports alternatifs à la voiture individuelle ? Dans les Hauts-de-France on se déplace plus qu’ailleurs pour aller au boulot … Enquêtes de région « La mobilité, une affaire qui roule ? » c’est mercredi après Soir 3 sur France 3 Hauts-de-France

Par Claude Tronel

Pas facile tous les jours d'être à l'heure pour rejoindre son lieu de travail ! Dans les Hauts-de-France,  les salariés font en moyenne 23 kilomètres par jour pour aller au boulot et la région enregistre le plus fort taux de France, devant la région parisienne

Selon une étude de l'INSEE "71 % des actifs occupés (1 586 000 personnes) travaillent hors de leur commune de résidence". Conséquence, les accès aux grandes villes bouchonnent.

Quels moyens de transports alternatifs à la voiture ? Train, vélo, bus, marche .... la mobilité dans les Hauts-de-France, est-ce une affaire qui roule ?

L'intégrale de l'émission : 

Enquêtes de région : La mobilité, une affaire qui roule ?


Le vélo à petite vitesse 

En 20 minutes de voiture, Christian pourrait arriver au travail.... Pourtant, Christian Wiart, fonctionnaire hospitalier à Amiens, va mettre plus d'une heure. Chaque matin il rejoint en fait la vélo-route par une voie cyclistes et piétons qui traverse le département de la Somme. Les vélo-routes sont rares.

Enquêtes de région : le vélo à petite vitesse
Reportage de Mickael GUIHO Aurélien BAREGE


En Hauts-de-France, seulement 1,7% des actifs vont au travail à vélo… Dans l'Aisne et l'Oise : même pas 1% !
 La villes des Hauts-de-France, comme de l'ensemble de l'hexagone ne sont pas les plus performantes dans le développement des voies cyclables. Le taux de part modale vélo est de 2% à Amiens et de 3% à Lille... alors que chez nos voisins européens, Copenhague atteint les 50% dans les trajets à vélo domicile-travail par jour devant les villes des Pays-Bas, Utrecht et Amsterdam entre 30 et 40%.

En France, Strasbourg avec ses 300 km de voies cyclables est la ville qui aime le plus le vélo pour un taux de part modale vélo de 15%.


TOP 20 des villes cyclables
dans le monde

1- Copenhague
2- Utrecht
3- Amsterdam
4- Strasbourg
5- Malmö
6- Bordeaux
7- Anvers
8- Ljubljana
9- Tokyo
10- Berlin
11- Barcelone
12- Vienne
13- Paris
14- Séville
15- Munich
16- Nantes
17- Hambourg
18- Helsinki
19- Oslo
20- Montréal

Selon une étude réalisée en 2017 par le Copenhagenize Index, 4 villes françaises figurent dans les top 20 des villes qui aiment le vélo. "Avec un taux de 2% à 3%, la France fait pâle figure de pâle comparée à nos voisins" selon la fédération française des usagers de la bicyclette.
Le taux de part modale vélo est de 2% à Amiens et de 3% à Lille.

 

La vitrocyclette pour vivre et travailler sans voiture 

Vincent Lengagne enchaîne les chantiers sur le métropole lilloise. En moyenne, il parcourt entre 15 et 20 km chaque jour. Son véhicule de fonction est un triporteur !

Après une première vie professionnelle de commercial où il a parcouru des milliers de kilomètres en voiture, Vincent a décidé de s'en passer, en famille comme pour le boulot. Il s'est créé son activité sur mesure : laveur de vitres à vélo... un entrepreneur au bilan carbone exemplaire !

Vincent Lengagne fait entre 15 et 20 kilomètres par jour sur son triporteur, son outil de travail.
Vincent Lengagne fait entre 15 et 20 kilomètres par jour sur son triporteur, son outil de travail.

Enquêtes de région : la vitrocyclette
Reportage de Myriam SCHELCHER et Manon le CHARPENTIER

 

Le jeu des 1000 bornes pour les voitures électriques

Pas facile de trouver une borne électrique dans les Hauts-de-France pour recharger la voiture. L'électromobiliste doit souvent faire des dizaines de kilomètres et être patient pour trouver une borne disponible. La région hauts-de-France estime à 2000 le nombre de bornes installées dans la région d'ici 2020. Aujourd'hui, à peine la moitié sont en service.
 

Le jeu des 1000 bornes des voitures électriques
Reportage de Simon COLAONE et Fabrice BELLOUTI - Avec l'aimable autorisation des Editions Dujardin
Sébastien Voet, électromobiliste, fait souvent des dizaines de kilomètres pour trouver une borne électrique.
Sébastien Voet, électromobiliste, fait souvent des dizaines de kilomètres pour trouver une borne électrique.

Enquêtes de région : le jeu des 1000 bornes pour les voitures électriques
Reportage de Simon COLAONE et Fabrice BELLOUTI


Dans la métropole lilloise, sur les parkings ou dans les petites communes, les bornes électriques ont poussé comme des champignons. Des bornes flambant-neuves, encore très peu utilisées... En revanche, dans les communes plus importantes, comme Lille, où elles seraient très utiles, et bien c'est le désert total.

La raison est simple. La Métropole Européenne de Lille a passé un accord en 2015 avec le groupe Bolloré et sa filiale Bluelib pour l'installation de 167 bornes au total. Dans le Nord Pas de Calais, vous aurez plus de chance de trouver une borne dans le secteur de Lens et Arras, plus d'une centaine, ou encore Saint Omer, il y en a au moins 70.  
 

Bande annonce : 

Enquêtes de région : la mobilité, une affaire qui roule ? ... après Soir3

« Enquêtes de région »
 la mobilité, une affaire qui roule ?

Mercredi 5 septembre après soir 3

Les invités de Vincent Dupire


Dans "Enquêtes de Région", Vincent DUPIRE reçoit
  • Aurélie MONTIGNY, chargée d'études à l'Université Catholique de Lille
  • Gilles LAURENT, vice-président de la Fédération des usagers des transports


Quel moyen de transport à la campagne ?

2 français sur 5 vivent dans des zones non desservies par les transports publics. Ce n'est pas le cas dans le secteur de Laon, qui compte plus de 50 000 habitants. Depuis la gare SNCF, les usagers peuvent rejoindre Amiens, Paris, Reims ou encore Hirson. Le principal problème concerne les horaires et la fréquence : il y a un train par heure ou toutes les 3 heures, selon la destination.
Enquêtes de région : quelle mobilité, à la campagne ?
 
Enquêtes de région : quelle mobilité, à la campagne ?

Reportage de Delphine DUBOURG et Emilie MONTCHO

Dans les grandes villes, les choix politiques actuels visent à promouvoir des modes de transports alternatifs comme le vélo, la marche ou le covoiturage. Sauf qu'en zone rurale, les riverains ont très peu d'options, que ce soit sur des petites distances, ou des plus longues. Les territoires sont étendus, les zones d'activités et de vie, plutôt éloignées les unes des autres.

 

A lire aussi

Comment les magasins du futur sont conçus à Lille ?