Les Gens des Hauts

Le dimanche à 12h55
Logo de l'émission Les Gens des Hauts

Grande Guerre, mémoire, jazz ... Kamini découvre l'Aisne à l’heure américaine

Grande Guerre, mémoire, jazz ... Kamini découvre l'Aisne à l’heure américaine / © France 3 Hauts-de-France
Grande Guerre, mémoire, jazz ... Kamini découvre l'Aisne à l’heure américaine / © France 3 Hauts-de-France

Kamini part à la découverte de l’influence américaine qui perdure dans l’Aisne depuis un siècle. Un voyage à vivre dans Les gens des Hauts.

Par Elise Benoit

Revoir l'émission

L’Aisne américaine, c'est des sons jazzy dignes des caves de Saint-Germain-des-Prés, des héroïnes américaines ayant inventé l’aide humanitaire, une ville reconstruite grâce à un milliardaire américain sur la base d’un plan radio-concentrique unique, des écoliers pleins de créativité́ célébrant l’Indépendance Day et l’amitié́ franco-américaine. Découverte !

La reconstruction du village de Fargniers

Kamini nous emmène à la rencontre de la commune de Fargniers, détruite en 1917 et reconstruite après guerre, grâce à l'aide d'un riche Américain.
 
La commune de Fargniers, vue du haut. / © France 3 Hauts-de-France
La commune de Fargniers, vue du haut. / © France 3 Hauts-de-France

Nous sommes en 1911 et près de 2600 habitants foulent les rues du petit village de Fargniers. Mais la Première Guerre mondiale passe par là et les bombardements ravagent la ville. En 1917, quand les Allemands se sont repliés derrière la ligne Edimbourg -qui se trouve à quelques kilomètres à l’Est- ils ont complétement rasé la commune, raconte le passeur de mémoire, Jean-Pierre Matiello.
 
Photographie de la rue de la Mairie de Fargniers après la Première Guerre mondiale. / © LGDH / France 3 Hauts-de-France
Photographie de la rue de la Mairie de Fargniers après la Première Guerre mondiale. / © LGDH / France 3 Hauts-de-France

Gravats, ruine et poussières ... 95 % des bâtiments sont à terre. Après la guerre, le maire du village, Louis L’Hérondelle, frappe à la porte de la fondation Carnégie, créée par l’industriel américain, Andrew Carnégie. Ce milliardaire décide alors d’investir dans la reconstruction des lieux dévastés par cette guerre. Un jour, Monsieur l’Hirondelle rentre en contact avec la fondation qui avait une permanence à Paris. Il leur a dit : "Moi, j’ai un petit village, il n’y a plus rien, il ne reste plus qu’une maison debout. Moi, j’ai besoin d’argent pour reconstruire donc si pouvez nous aider, aidez-nous !" Cet appel à l’aide est entendu et la fondation donne à la commune 150.000 dollars pour la reconstruction des bâtiments publics.
 
À gauche, Léon L'Hérondelle, maire de Fargniers de 1913 à 1931 / À droite, la sculpture du buste d'Andrew Carnégie, disposée place Carnégie à Fargniers. / © France 3 Hauts-de-France
À gauche, Léon L'Hérondelle, maire de Fargniers de 1913 à 1931 / À droite, la sculpture du buste d'Andrew Carnégie, disposée place Carnégie à Fargniers. / © France 3 Hauts-de-France

En 1928, la mairie, un bureau de poste, un poste de police, une pompe, une halle, une salle d’assemblée, le foyer Carnégie, un établissement de bains, des écoles, des espaces verts et de jeux et un dispensaire sortent peu à peu de terre. Le village renaît de ses cendres avec ces constructions au style Art déco et obtient même les éloges de la presse internationale. 
 
La cérémonie d’inauguration de la reconstruction du village de Fargniers. / © LGDH - France 3 Hauts-de-France
La cérémonie d’inauguration de la reconstruction du village de Fargniers. / © LGDH - France 3 Hauts-de-France

Visite guidée avec le passionné et passionnant Jean-Pierre Matiello.
 
Découverte des bâtiments Art déco de Fargniers dans Les gens des Hauts


Le château de Blérancourt et le Comité Américain pour les Régions Dévastées 

À 25 km de là, direction le château de Blérancourt. Dans ce château sauvegardé et transformé en musée, découvrons la vie de l’Américaine Anne Morgan, héroïne tout simplement.
 
Le château de Blérancourt, Musée franco-américain / © France 3 Hauts-de-France
Le château de Blérancourt, Musée franco-américain / © France 3 Hauts-de-France

Cet ancien château des ducs de Gesvres a été bâti au début du XVIIe siècle. Fortement endommagé pendant la Première Guerre mondiale, il devient en 1917 le quartier général du Comité Américain pour les Régions Dévastées (CARD) créé par Anne Morgan. Cette jeune Américaine s'y installe avec 350 de ses compatriotes. 
 
L'Américaine Anne Morgan / © France 3 Hauts-de-France
L'Américaine Anne Morgan / © France 3 Hauts-de-France

Leur but est de venir en aide aux habitants qui depuis le début de la guerre survivent aux effroyables conditions de vie dus aux combats. Anne Morgan et ses compagnes mettent alors tout en place pour aider les populations civiles à reconstruire les villages de Picardie. Les autos Ford T étaient conduites par ces femmes, qui étaient des infirmières visiteuses et pouvaient ainsi se rendre au plus près de la population et apporter une aide ciblée à chaque famille, explique Catherine Assous, chargée du développement des actions culturelles du château de Blérancourt.
 
Une Ford T du Comité Américain pour les Régions Dévastées et des villageois de l'Aisne / © France 3 Hauts-de-France
Une Ford T du Comité Américain pour les Régions Dévastées et des villageois de l'Aisne / © France 3 Hauts-de-France

En 1924, Anne Morgan transforme une partie du château de Blérancourt en musée historique franco-américain. Visite guidée !
 
L'incroyable histoire de l'héroïne américaine Anne Morgan et du château de Blérancourt dans Les gens des Hauts


Le cimetière et mémorial américain de Bony

Autre lieu de mémoire, le cimetière et mémorial américain de Bony, situé entre Soissons et Amiens. Créé en 1918, il est géré et entretenu par une équipe franco-américaine. 
 
Le cimetière et mémorial américain de Bony / © France 3 Hauts-de-France
Le cimetière et mémorial américain de Bony / © France 3 Hauts-de-France

Le lieu rend notamment hommage aux 90 000 soldats américains engagés dans la bataille de la ligne Hindenburg les 24 et 25 septembre. Les combats furent si meurtriers que les deux divisions américaines furent relevées dès le lendemain, le 30 septembre 1918, 1 839 hommes et 5 femmes reposent à Bony.
 
Le cimetière et mémorial américain de Bony / © France 3 Hauts-de-France
Le cimetière et mémorial américain de Bony / © France 3 Hauts-de-France

Plusieurs fois dans la semaine, on voit des Américains, et on voit aussi tous les autres pays. Ici, c’était un lieu où les Américains ont combattu avec les Commonwealth*. Donc c’est multiculturel, on voit des Anglais, das Australiens, des Africains, explique le directeur du site Graig P. Rahanian.


*Le Commonwealth est une organisation intergouvernementale composée de 53 États membres qui sont presque tous d'anciens territoires de l'Empire britannique. (NDLR)
 

Les Zazous de Saint-Quentin

En 1951, des étudiants de St-Quentin sont contaminés par la musique de Louis Armstrong et donnent naissance à la plus ancienne formation du genre en France. Kamini rencontre deux des membres fondateurs du Blue Rhythm Band. Serge Dutfoy, pianiste au sein du Band depuis 1968 et Nicole Dutfoys. Moi, j'étais dans le middle jazz. D'un côté, j'étais considéré comme un retardataire et d'un autre, comme un dangereux progressiste, raconte amusé le pianiste.
 
Kamini joue du jazz à Saint-Quentin


L'Aisne, L'Américaine
Dimanche 10 novemvre à 12H55

Une émission réalisée par Elodie Trouvé et présentée par Kamini.

A lire aussi