• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE
© MaxPPP
© MaxPPP

En réponse à Agnès de Lomme : "mon enfant de 8 ans me pose beaucoup de questions sur la mort, comment lui répondre ?", Karine Weber consacre une chronique à cette question ce vendredi 16 octobre. 

Par Emmanuel Pall

Parler de la mort

En fonction de l’âge :
  • Avant 5 ans, la mort est perçue par l’enfant comme quelque chose de réversible. La mort ressemble à un départ, à un voyage, et la personne va revenir...
  •  
  • Entre 5 et 8 ans, le concept de mort se consolide. Vers 7 ans, l’enfant intègre le fait que la mort est irréversible, qu’il n y a pas de retour.
  •  
  • Vers 8-12 ans, l'enfant comprend qu’on est tous mortel, que la mort est universelle ; la compréhension de la mort est quasiment identique à celle de l'adulte.
  • Pour l’adolescent, le deuil est vécu comme une aberration, il y a souvent beaucoup de colère.
Deuil : comment en parler aux enfants ?


L’enfant raisonne avec une autre logique


Le tout petit, jusque l’âge de 5 ans pense que tout le monde pense ce que lui pense ! A nous de comprendre qu’il n aura pas toujours la réponse attendue

Comment lui parler de la mort ? Avec quels mots ? 


En l’écoutant, en partant de lui, comment il ressent les choses, ce que ça veut dire pour lui.
En lui expliquant les cycles de la vie : on vient au monde, on grandit, on devient adulte, on vieillit, et on meurt ...
En lui disant qu’il y a différentes façons de mourir (vieillesse, maladie, accident, suicide) et que la majorité des personnes meurt de vieillesse
En lui disant que personne ne peut mourir à cause de ce qu’il a pu dire ou pense
En lui disant que nous non plus, nous ne savons pas tout sur la mort

Le support peut être la parole, le dessin, les petits mots écrits...

Conseils

- Adaptez le discours en fonction de l’âge mais ne pas mentir (il n’y a deuil que s’il y attachement)
- Voir où l’adulte en est dans sa façon d’appréhender la mort

Deux petites histoires sur le deuil 
1/ Le conte du petit garçon qui croyait que mourir, c’était ne plus exister (tiré de « contes à guérir, contes à grandir », de Jacques Salomé)
2/ Mon petit chat est mort (tiré de « petites histoires pour devenir grand », de Sophie Carquain)

Le DJ Tez Cadey se dévoile dans Vous êtes Formidables