hauts-de-france
Choisir une région

9h50 le matin - Nord Pas-de-Calais

lundi, mardi, jeudi et vendredi à 9h50
Logo de l'émission 9h50 le matin - Nord Pas-de-Calais

“L'entraide”, un livre illustrant le combat des ex-Levi's La Bassée

© Infographie France 3
© Infographie France 3

Sorti fin 2016, L'entraide, deux ouvrières dans le piège du libre-échange écrit par Emmanuel Defouloy, Nadine Jurdeczka, Michele Sevrette raconte la fermeture de Levi's La Bassée en 1998. Entrevue. 

Par E. Pall

1998, La Bassée, 550 salariées de chez Levi's Strauss sont licenciées. L'usine est délocalisée en Turquie. Michèle Sevrette a alors 48 ans. Et prend ça, en pleine figure. 

Vingt ans après, les dégâts sont toujours présents, en tête. Aujourd'hui, Michèle n'y pense plus tous les jours, mais a des flashs de temps en temps comme s'il s'agissait d'un traumatisme. Dans son livre, elle écrit : "J'avais les mains en sang, mais j'étais fière de travailler là". 

Emmanuel Defouloy, journaliste à l'AFP et co-auteur du livre également avec une autre ancienne salariée, Nadine, explique que son rôle a été non pas d'apporter "le vivant" de l'ouvrage mais plutôt de généraliser cet exemple de Levi's sur ce qu'ont vécu les classes populaires en France depuis cette époque là. "Nadine et Michèle sont très symboliques de ces fermetures d'usine qui ont fait beaucoup de mal depuis une vingtaine d'années en France aux ouvrier(e)s."

"L'entraide - Deux ouvrières dans le piège du libre-échange "
Emmanuel Defouloy, journaliste à l'AFP, et Michèle Sevrette, co-auteur de "L'entraide" - Ancienne salariée Levi's - France 3 Nord Pas-de-Calais

Pôle emploi, les CDD s'enchaînent, les missions intérimaires. Sans jamais retrouver de CDI. "J'ai commencé à 15 ans et demi et se retrouver (à 48 ans) à la rue, c'est très dur" témoigne Michèle.

"Depuis 20 ans, on a assisté à énormément de fermetures où on nous dit que les salariés sont reclassés, mais ce n'est pas le cas. La situation devient précaire. Les revenus sont inférieurs. Dans les pays émergents, les produits sont fabriqués avec de très bas salaires. La situation est systémique, structurelle et ça continue", constate pour sa part Emmanuel Defouloy

En retraite aujourd'hui, fière de son parcours, Michèle sera avec Emmanuel le 8 mars à Arras (structure l'Envol) pour dédicacer leur livre.