hauts-de-france
Choisir une région
Gay-Pride à Lille en 2013 / © MaxPPP
Gay-Pride à Lille en 2013 / © MaxPPP

Wahiba Baha, présidente de l'Unadev Nord Pas-de-Calais, a choisi de parler aujourd'hui de la transidentité en compagnie de Florence qui nous livre son témoignage. 

Par Emmanuel Pall

Aujourd’hui Mardi 8 mars, c’est la journée international des droits de la femme et quelles femmes ! Certaines ont un handicap. D'autres ont un enfant handicapé. Les unes s'efforcent d'aider des personnes handicapées en leur rendant leur dignité, leur autonomie. Les autres luttent contre les causes de handicap. Elles sont épouses, mamans, kinésithérapeutes, sages-femmes ou écolières. Mais elles sont surtout femmes. Des femmes qui doivent affronter au quotidien les difficultés posées par le handicap. Des femmes-courage, qui méritent bien, le temps d'une journée, de se retrouver sous les lumières des projecteurs. » (source handicap international)

Est-il difficile d’être une femme en situation de handicap Wahiba ?
Je dirais Virginie que cela n’est pas toujours évident. A la discrimination du sexe s’ajoute celle du handicap. On parle de double discrimination. De nos jours, les femmes n’ont toujours pas les mêmes droits que les hommes. Mais la question n’est pas là Virginie, La question principale est de chercher à comprendre pourquoi le handicap donc par conséquent la différence dérange. C’est très difficile de standardiser le handicap et de le vivre au quotidien. Ça renvoie à la perte, au manque, à toute une représentation fantasmée des autres, des personnes valides. Que j’aie un chien guide ou pas, je suis d’abord une personne humaine et une citoyenne du monde ! Chaque personne a une différence, qu’elle soit visible ou pas. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai invité aujourd’hui Florence porteuse d’un handicap, mais également porte parole de l’association Jardin des T Association d’entraide pour les personnes transidentitaires.
La transidentité, un handicap social ?
Florence tout d’abord, qu’est ce qu’une personne Transgenre ? Comment expliquer que les gens ne s'imaginent pas qu'une personne trans puisse avoir la même vie qu'eux ?
C'est lié à l’imaginaire, à des décennies d'héritage culturel, ainsi qu'à l'image de la transidentité comme une pathologie, un syndrome psychiatrique. Il est très difficile de se défaire de la caricature. Si vous prenez des gens dans la rue et que vous leur demandez : "Qu'est-ce qu'une personne trans ?", ils vont majoritairement vous répondre : "Un travesti".

Selon vous Wahiba la transidentité est elle un handicap ?
Le fait de naître avec une identité de genre en opposition radicale avec le sexe indiqué par son corps est perçu par certaines sociétés, comme un handicap grave, celles-ci ne faisant cas que de deux sexes préétablis et immuables, à savoir : hommes d'un côté, femmes de l'autre. Aujourd'hui les transsexuels ne sont plus définis comme des hommes ou des femmes possédant en réalité une âme féminine ou masculine, mais bien d'hommes et de femme à part entière. Cela peut donc être handicapant si cela bien entendu influe dans certaines tâches de la vie courante ou professionnelle, comme tout simplement dans la recherche d’un emploi…