• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE
Frédéric Vlaemynck et Vincent Lemaire / © MaxPPP
Frédéric Vlaemynck et Vincent Lemaire / © MaxPPP

Une double Chronique cette semaine avec un thème commun aux mieux-être et concernant les animaux. Frédéric Vlaemynck et Vincent Lemaire répondent à vos questions... 

Par Emmanuel Pall

Origine du stress chez l’animal ?

Frédéric Vlaemynck : Toute maladie, principalement si une douleur existe, peut générer un stress chez l'animal (ex. arthrose). Toute frustration : difficulté d'accès à l'alimentation, absence d'enrichissement du milieu (monotonie, absence d’interaction), frustration hiérarchique (clairement le chien à qui ont permet un coup d'être dominant, puis le coup d'après on lui donne la place de dominé : ex. un jour du peux venir sur le canapé, l'autre jour c'est et ainsi de suite… attention aux morsures), frustration sexuelle (très fréquent chez les perroquets)

Le stress chez les animaux et leurs maîtres


Vincent Lemaire : Les parallèles avec l’homme. Définition du stress chez l’homme (perso, pro). Lien avec la pyramide de Maslow. Emotion désagréable qui dure dans le temps (peur, tristesse, colère) est le signe d’un stress (ex : argent, fin d’une relation, conflit avec un collègue).


L’impact du stress d’un maître sur son animal ? Comment ce dernier y réagit il ? Et si certains animaux déclenchaient des symptômes en lien avec l’état de leur maître ?

Frédéric : Les animaux sont des pompes à émotion, et le stress se communique très bien, je l'observe souvent sur les lapins par exemple (à propriétaire stressé, lapin stressé) ainsi que les chiens. Le stress du propriétaire peut engendrer des troubles chez son animal. Par ex. Les cystites dite idiopathiques du chat sont très souvent en réalité due au stress de l'animal. Si la plupart du temps il s'agit de stress environnemental (ex. déménagement), lorsque l'on ne trouve pas la cause, le propriétaire nous avoue souvent qu'il est très stressé et il voudrait savoir si ça peut avoir un rapport avec la maladie de son animal.

Stress et symptômes physiques chez les humains

Vincent Lemaire : 7 années d’expériences de kiné et formation sur le lien entre les émotions et les symptômes physiques sont interpelant. Il existe beaucoup de symptômes qui sont déclenchés soit par un stress intense de courte durée, soit par un stress léger qui dure depuis plusieurs mois ou année. Remarque : les métaphores que l’on utilise pour parler de nos symptômes sont parfois plein de sens.

Frédéric Vlaemynck et Vincent Lemaire / © Nord Pas-de-Calais matin
Frédéric Vlaemynck et Vincent Lemaire / © Nord Pas-de-Calais matin


Comment les animaux le gèrent-ils leur stress ?

Frédéric : Animal reclus, risque de réactions disproportionnées (aboiement, agressivité, malpropreté, destruction)
comportement stéréotypé (l'ours, l'otarie, l'oiseau) faisant toujours le même circuit, les mêmes mouvements (ouvrez les yeux dans les zoo) picage (plumes arrachées), trichophagie (poils consommé), onychophagie (se tire les griffes, les ronges) risque d'évolution vers la néophobie (tout ce qui change et est nouveau fait peur, problème à considérer pour le traitement)

Quelles sont les parallèles avec les humains ?

Vincent : se ronger les ongles, se gratter. Compensation : cigarette, sucre, achats. Ou avec moins d’effets néfastes : psy, ami, sport, yoga, …


Et si nous descendions de l’animal

Vincent : Et bien que de similitudes mon cher Frédéric et si finalement tout s'expliquait et qu'il n'y avait pas de coïncidences mais si tout simplement nous descendions des animaux

Frédéric : Là je crois que vous avez mis le doigt dessus mon cher Vincent, y'a peut être un truc à faire, une nouvelle théorie, un livre peut être...

Vincent : oui mais je pense que pour les droit d'auteur c'est raté, ça déjà était fait non ?
Frédéric :  un certain Charles Darwin je présume...

Les concerts puis confidences d'Arno et de Dick Annegarn