• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE
© MaxPPP
© MaxPPP

Christelle Massin, chroniqueuse livres pour Nord Pas-de-Calais Matin, vous propose quatre bouquins pour la plage cet été. Revue. 

Par Emmanuel Pall

  • En finir avec Monica de Candace Bushnell. Auteur dont on ne connaît pas forcément le nom, elle est la créatrice de Sex and the city. C'est l'histoire de Pandy Wallis qui veut se consacrer à une véritable carrière d'écrivain. Elle a du succès mais veut être reconnue par l'intelligentsia. On va de New York à Los Angeles, le Champagne coule à flots dans des fêtes au sein de lofts gigantesques. Parfois assez cru. C'est le monde impitoyable du showbizz. Léger drôle, c'est de la "chicken lit", de la littérature pour "poulet(te)s", mais c'est très sympa à lire et divertissant. 

Des bouquins pour la plage !
  • In my fashion mémoires de Bettina Ballard. Le grand chic, on parle des coulisses de la haute couture. Réadactrice à Vogue qui aura un coup de coeur pour la France, Paris et le 7e arrondissement. Photographie de l'époque d'après la seconde Guerre Mondiale. Toute petite phrase : "Les mondes de la mode et de la politique partagent de nombreux points communs : l'un comme l'autre voient s'affronter des individus avides de pouvoir et à l'égo surdimensionné".


  • Sans dessus dessous de Milena Agus. On en reparlera... Romancière italienne qui écrit Mal de pierres adapté au cinéma avec Marion Cotillard dans le rôle principal. L'action se déroule ici dans un immeuble italien avec, côté port, les très beaux appartements qui offrent une superbe vue et côté rue, le bruit, les inconvénients. Milena Agus décrit une galerie de portraits. "Avant de connaître la dame du dessous, le monsieur du dessus, la vieillesse ne m'intéressait pas... Vieux mes parents n'ont pas eu le temps de le devenir. Mon père s'est tué bien trop tôt, mais mère est retombée en enfance".  


  • Ma vie avec Virginia de Leonard Woolf. Virginia Woolf on la connaît, figure féministe, romancière britannique. Son mari parle d'elle pour la première fois. Il explique que, pour elle, l'absence d'éducation des femmes est un combat ainsi que la dépendance matérielle des femmes, sans laquelle l'indépendance intellectuelle n'est pas possible. Femme en souffrance, ultra-sensible. Entre 1912 et 1941, son mari parle des troubles maniaco-dépressif de son épouse. On apprend comment aussi elle a aussi perdu le contrôle d'elle-même. 

Forains en colère à Senlis