© MaxPPP
© MaxPPP

Nous recevons Bruno Poignard, kinésithérapeute, qui va nous parler de thérapie holistique.

Par Emmanuel Pall

Qu'est-ce que la thérapie holistique ?

Tout d'abord, c'est une approche complémentaire aux pratiques de soins classiques. On parle de thérapie holistique lorsque l'on s'adresse à la personne dans sa globalité, en s'intéressant à son corps physique, à ses émotions, à sa façon de communiquer, et aussi à sa relation au monde qui l'entoure.

 

L'amortisseur

On sait que le stress, les contrariétés, ont un impact sur notre santé sur notre état émotionnel, sur nos interactions avec les autres. Notre corps fonctionne comme un amortisseur, il amortit... il amortit... et il arrive un jour ou l'amortisseur est fatigué et il n’amortit plus ! Le moindre petit cailloux crée une grosse secousse. C'est la même chose pour notre corps qui n'arrive plus à faire face et à s'adapter. Et c'est le même mécanisme pour les émotions ! On nous a appris à ne pas vivre pleinement les émotions. On nous a dit : « n’aie pas peur, ne sois pas triste, tu n'as pas de raison de te mettre en colère... »

Mieux-être : Bruno Poignard présente la thérapie holistique

Le sac à dos

C'est comme si nous mettions les émotions refoulées dans un sac à dos et un jour , quand une petite émotion se présente, elle fait vibrer les 50 kilos qui sont dans le sac à dos et nous avons une réaction disproportionnée et inadaptée à ce qui se passe. On peut expliquer comme ça, les dépressions, les phobies, les pétages de plomb qui font que l'on s'acharne sur un crayon qui ne nous a rien fait ! Il y a toujours une accumulation.

Un nouveau type de soins

On n'est jamais autant motivé que par ses propres problèmes. J'ai eu des soucis de santé, j'ai une sensibilité très importante que j'ai plus subie qu'autre chose pendant longtemps. Un gros sac à dos ! Bref ça n'était pas la grande forme. J'ai essayé de trouver des solutions et je me suis aperçu que soigner des « morceaux d'être humain », ça n'était pas toujours suffisant. J'ai exploré d'autres voies, combiné plusieurs discipline, plusieurs techniques et ça a marché. C'est ce parcours personnel qui m'a permis ensuite, dans ma pratique professionnelle de passer de la kinésithérapie a ce type de soin. Comme je suis un passionné, je continue à observer, et à chercher…

La séance de soins

Il y a tout d'abord un temps d'échange durant lequel le patient va expliquer sa problématique, et où je vais présenter en détail cette approche. c'est un travail d'équipe. Ensuite on peut dire qu'il y a une partie soin proprement dit. Dans laquelle, pour expliquer simplement, je combine des stimulations de points et de centres d'énergies, on peut dire que c'est un mélange d'énergétique chinoise, une forme d'acupuncture sans aiguille, on libère, on stimule les circulations d'énergie dans le corps. Chez les tout petits, les animaux, c'est l'essentiel de la séance. Pour les ados, les adultes, il y a une partie de la séance dans laquelle je donne des techniques, des outils pratiques à mettre en application au quotidien pour apprendre à ne plus accumuler dans le « sac à dos », à vivre sereinement les émotions, à « gérer » le stress, à améliorer la communication, la relations aux autres. Pour reprendre les images que j'ai utilisé, on défatigue les amortisseurs, on vide le sac à dos et on apprend au patient à ne plus accumuler et à avoir une conduite plus souple !

Un travail d'équipe ?

Le patient devient acteur du traitement. Il peut agir au quotidien, il augmente son « capital bien être » ce qui peut être très bénéfique pour accompagner d'autres types de traitement. J'aime beaucoup cette citation de Voltaire « J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé » On ne choisit pas forcément ce que l'on vit, mais on peut apprendre à choisir comment on le vit. 

Comment ne pas « surcharger notre sac à dos ? »

Je vous donne un truc : lorsque vous êtes contrarié, que vous avez des émotions ou des pensées qui vous envahissent. Prenez un papier et un crayon et écrivez tout ce qui vous passe par la tête, vous pouvez aussi faire un dessin. Écrivez comme ça vient, ne relisez pas et déchirez le. On n'écrit pas de la même façon quand on est triste ou en colère, même si on écrit « je n'ai rien à écrire », le plus important c'est le geste.

Notre cerveau ne fait pas complètement la différence entre le réel et le virtuel, c'est pour ça que stress existe, en général on pense à quelque chose qui va peut être se passer et on est déjà dans l'état dans lequel on sera, si ça se passe aussi mal qu'on le pense ! Pour le moment... il ne se passe rien ! On utilise le même mécanisme en sens inverse.

L'idéal serait de le faire tous les jours, même quand on a l'impression que tout va bien. On s’entraîne, du coup ça devient un réflexe et on est très efficace quand on est perturbé. On n'attend pas d'avoir des caries pour se laver les dents ! Avec ça on se lave la tête en quelque sorte !