hauts-de-france
Choisir une région
© MaxPPP
© MaxPPP

Le docteur Rodolphe Picquet nous fait un point ce lundi sur la dégénérescence maculaire liée à l'âge, DMLA. 

Par Emmanuel Pall

12 % de la population entre 65 ans et 75 ans présente une DMLA (en 2013, on pouvait estimer à plus de 1,5 million de personnes touchées). C'est la cause principale de cécité non corrigeable de la personne âgée dans le monde occidental. Du fait du vieillissement de la population, sa prévalence pourrait augmenter de près de 50 % d'ici 2020.

à partir de 50 ans...

C'est une maladie de la rétine provoquée par une dégénérescence (c'est-à-dire un vieillissement, une dégradation) progressive de la macula, partie centrale de la rétine, qui peut apparaître à partir de l'âge de 50 ans, et plus fréquemment à partir de 65 ans, provoquant un affaiblissement important des capacités visuelles.

Les causes précises de cette maladie restent inconnues ; la maladie est probablement polygénique et multifactorielle, avec des facteurs prédisposants, probablement génétiques.
Quand votre vue vieillit !

Liée à la malbouffe ? Non, a priori

La DMLA est plus fréquente chez les patients de couleur blanche. L'incidence au Japon est toutefois semblable à celle des pays européens, ce qui exclut a priori une cause liée à la "malbouffe occidentale"

Les symptômes de la maladie 

La maladie atteint un ou les deux yeux, elle n'est pas douloureuse. Le malade se plaint de :
- baisse de la vision que le malade attribue le plus souvent à ses lunettes
- déformation des images
- impossibilité de lire un mot en entier en raison d'un scotome

Comment la dépister ?

Il existe un petit test très simple à realiser, le test d'Amsler, pour dépister les signes avant-coureurs de la DMLA. Il suffit de fixer un point situé au centre d'une grille. Si vous percevez des lignes floues ou si vous êtes incapables de voir certaines parties de la grille, il est alors important de consulter un ophtalmologiste.

Les facteurs de risque :

  • l'âge ; le risque augmente de manière significative à partir de 50 ans
  • le tabagisme
  • les antécédents familiaux
  • l'hypertension artérielle
  • l'exposition solaire
  • le surpoids

Les traitements

Aucun remède traitant complètement la maladie n'a été trouvé. Les traitements existants permettent seulement de ralentir son évolution. A noter que de nombreuses molécules font l'objet de recherche.

Les mesures hygiéno-diététiques

L'arrêt du tabac et la perte de poids sont fortement conseillés. L'adjonction, dès les premiers stades de la maladie, de vitamine C, E, de bêta-carotène, de zinc, de lutéine, d'huiles de poissons gras et de polyphénols (comme le resveratrol), ralentirait sensiblement la progression de la maladie.

Dr Rodolphe Picquet