• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE
© MaxPPP
© MaxPPP

Rodolphe Picquet, médecin-acupuncteur, est aussi chroniqueur "santé" de l'émission Nord Pas-de-Calais Matin. Lundi 5 décembre, il nous parle du syndrome de fatigue chronique. 

Par Emmanuel Pall

L’encéphalomyélite myalgique, appelée couramment syndrome de fatigue chronique, se caractérise, entre autre, par une fatigue persistante et inexpliquée. Considérée comme une maladie neurologique, elle apparaît souvent de façon soudaine, entraînant une détérioration rapide et importante de la santé. Il s’agit d’un syndrome non contagieux, non transmissible génétiquement.

L’encéphalomyélite myalgique/syndrome de fatigue chronique (EM/SFC) comporte aussi des symptômes qui ont des répercussions importantes sur les activités professionnelles et personnelles : notamment des douleurs musculaires et articulaires. Tous ces symptômes surviennent sans que le médecin puisse les relier à une maladie quelconque.

Tous les groupes d’âge (même les enfants) et toutes les ethnies peuvent être touchés par ce syndrome, surtout entre 20 et 40 ans. Les femmes en sont de 2 à 4 fois plus atteintes que les hommes.

Causes : une infection ? 

La plupart des personnes touchées par le syndrome de fatigue chronique menaient une vie saine et active avant d’être frappées par la maladie. L’hypothèse d’une infection virale ou bactérienne est de plus en plus considérée, car on peut souvent identifier une infection comme élément déclencheur. Parfois, un événement peut y être relié : une anesthésie, un traumatisme physique, un choc émotionnel, l’exposition à des polluants environnementaux, etc.


Évolution : entre 2 et 5 ans

Le syndrome de fatigue chronique évolue de manière variable. Ses manifestations les plus aiguës durent en général 2 ans et peuvent revenir de manière cyclique. Les symptômes ont tendance à diminuer avec le temps. Tout le monde ne guérit pas complètement, mais progressivement, la majorité des personnes atteintes retrouvent une bonne partie de leurs capacités. On estime que la fatigue disparaît généralement au bout de 5 ans en moyenne.

Diagnostic long

Avant d'affirmer le diagnostic de Syndrome de Fatigue Chronique, il est primordial de se soumettre à de nombreux tests médicaux afin d'éliminer une autre maladie pouvant entraîner une baisse importante d’énergie, comme par exemple : la fibromyalgie, l’hypotension, la mononucléose infectieuse chronique, l’hypothyroïdie, le syndrome de l’intestin irritable, les cancers, ou de nombreuses maladies inflammatoires ou auto-immunes… Le syndrome de fatigue chronique ne peut donc être confirmé que lorsque toutes les autres maladies possibles ont été éliminées par des examens et bilans.

On ne doit pas non plus confondre le syndrome de fatigue chronique avec la dépression. Contrairement à la personne déprimée qui ne trouve plaisir à rien, le « fatigué chronique » apprécie les bonheurs de la vie, mais s’épuise rapidement, ce qui entraîne des frustrations et un sentiment d’emprisonnement.

Qu'en pense la médecine chinoise ? 

En médecine traditionnelle chinoise, il existe plusieurs syndromes correspondant au SFC : le vide de Qi, le vide de sang, le Vide de Rein... Ces différents syndromes peuvent être reliés à des traumatismes physiques, psychiques, une infection, un empoisonnement, une période de surmenage, une hémorragie ou même des facteurs climatiques. Ils ne sont nullement causés par des lésions anatomiques ou biologiques, mais par des troubles énergétiques. D'après la médecine traditionnelle chinoise, le traitement ne peut être qu'un traitement de terrain : acupuncture, phytothérapie, homéopathie, modifications alimentaires, massages thérapeutiques...

A noter que les syndromes d'intoxication aux métaux lourds (aluminium, mercure, etc), aux pesticides ou aux perturbateurs endocriniens décrivent des tableaux similaires au SFC. La maladie Coeliaque (intolérance au gluten) peut parfois décrire les mêmes symptômes que le SFC.

Conclusion

Les maladies inexpliquées par la médecine moderne sont en forte augmentation : SFC, fibromyalgie, spasmophilie, maladies inflammatoires du tube digestif, radiosensibilité, allergies, maladies neuro-dégénératives, maladies orphelines... Peut être serait il intéressant (et urgent) de creuser les pistes des intoxications environnementales ? A condition que les lobbies industriels, agro-alimentaires ou pharmaceutiques permettent aux recherches indépendantes d'aboutir et d'être publiées...

Dr Rodolphe Picquet

La carte postale de Mont-Saint-Eloi