© MaxPPP
© MaxPPP

Gilles Guillon, de Pôle Nord éditions, nous présente la cinquième édition de son ouvrage : la Bible des Estaminets. 

Par Emmanuel Pall

La France nous les envie. Une ambiance à nulle autre pareille. Jean-Pierre, sur Facebook évoque par exemple un lien social que ces estaminets permettent de créer ou d'entretenir.

Saviez-vous à ce propos, nous dit Gilles Guillon, que certaines mairies ont même racheté des anciens estaminets (en y mettant un gérant) pour que la vie de la commune, au sein de ces établissements, se poursuive.

Estaminet ou estaminier ? 


Deux cents adresses, dans le Nord Pas-de-Calais, la Belgique (monts de Flandres) et un peu en Picardie. Les estaminets renaissent aujourd'hui sous la forme de tavernes, brasseries parfois restaurants. Depuis les années 1990, et le Blauwershof (repère des fraudeurs) à Godewaersvelde, les Lillois, les Dunkerquois ont redécouvert ces lieux conviviaux. 

Renouveau et nouvelle génération de responsables d'estaminet. Avant c'était un changement de vie, aujourd'hui on remarque que quelques jeunes cuisiniers choisissent de créer un estaminet (moins cher qu'un grand restaurant).

Les "estaminiers" sont les estaminets du bassin minier. Nous on est des estaminiers : des estaminets de la mine. On redécouvre le passé minier de la région. A la fosse 7 à Avion par exemple ou à Souchez. L'état d'esprit des cafés et des restaurants des mineurs sont encore très présents, à Divion également. 

Bien choisir son estaminet !

Visionnez l'interview de Gilles Guillon.


 

Tribune Nord du 30 septembre 2019