Un petit macaque / © MaxPPP
Un petit macaque / © MaxPPP

Frédéric Vlaemynck est vétérinaire à la clinique CaduVet et chroniqueur animaux de l'émission. 

Par Frédéric Vlaemynck

Quels singes ? 


On différencie généralement deux types de singes : les singes du Nouveau Monde (Amérique du Sud principalement) ce sont des petits singes grimpeurs et les singes dit de l'ancien monde (l'Afrique et l'Asie) ce sont souvent des singes plus grands. Sont détenus le plus souvent comme animaux de compagnie les sapajous, les capucins et les macaques. Chimpanzés orang-outan et gorilles rarement à cause de leur taille et de leur puissance

Autorisation


Ce n'est pas autorisé. Et c'est un petit peu le but de la présentation d'aujourd'hui d'expliquer qu'on ne peut pas détenir des animaux si particulier sans respecter des formalités légales très contraignantes. Principalement l'obtention d'un certificat de capacité d'élevage de ces animaux. Il s'agit d'un dossier que l'on soumet à la préfecture et qui explique qui on est, pourquoi on veut détenir un primate, comment on a obtenu les capacités théoriques et l'expérience pratique nécessaire à cette détention. Ensuite on passe devant une commission (dont je fais partie par exemple pour la région) qui nous fait passer une sorte d'entretien pendant lequel on discute de points précis de cette demande puis la préfecture réponds favorablement ou non. Ensuite on a le droit d'acquérir légalement le type de primate demandé.

Sanctions

Les seuls singes qui bénéficie de procédures simplifiées sont les singes d'assistance pour les personnes handicapées. Si on ne respecte pas les règles sur le point légal : malheureusement après la saisie de l'animal, il y a des amendes et des poursuites pénales. Mais ce qui me paraît le plus grave c'est concernant le bien être de l'animal... Les personnes n'ayant pas ce fameux certificat ont rarement les connaissances nécessaires pour subvenir aux besoins du singe. Le régime alimentaire est très particulier et il y a souvent des excès et des maladies graves qui en découlent. Leur comportement naturel est rarement respecté et des conflits hiérarchiques et sexuels vont en découler avec des risques de graves blessures et de transmission de maladies...

Un singe comme animal de compagnie ?
Frédéric Valemynck - Nord Pas-de-Calais Matin
Le problème est souvent amplifiés par le fait que ces personnes se sachant hors-la-loi hésitent à présenter leur animal au vétérinaire avant le début des problèmes. Même si j'insiste toujours auprès du propriétaire de tenter de se mettre dans la loi, sachez qu'un vétérinaire se doit de conserver le secret médical et qu'il n'est pas soumis à un devoir de délation (c'est même plutôt interdit tant qu'un danger vital humain n'a pas été mis en évidence).