hauts-de-france
Choisir une région

9h50 le matin - Nord Pas-de-Calais

lundi, mardi, jeudi et vendredi à 9h50
Logo de l'émission 9h50 le matin - Nord Pas-de-Calais

Une montre connectée pour aider le jeune autiste à être indépendant

© ALEX WONG / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© ALEX WONG / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Wahiba Baha, chroniqueuse handicap de Nord Pas-de-Calais matin, nous présente l'idée d'une mère d'un petit enfant autiste : lui rappeler avec les sonneries d'une montre connectée ce qu'il doit faire à tel ou tel moment de la journée. Présentation. 

Par Emmanuel Pall

Alors qu’en Mars 2016 Israël ouvrira les portes de la première université pour étudiants autistes, des entreprises quant à elles ont décidé de miser sur le potentiel encore non exploré des personnes autistes dans le domaine de l’informatique.

Pourquoi Wahiba un élève ou étudiant ayant un trouble autistique réussit-il plus facilement avec l’outil informatique ?
Ce n'est pas une question à laquelle on peut répondre simplement, mais on peut schématiquement mettre en avant les points suivants : l'élève autiste est en général plus à l'aise avec l'ordinateur car celui-ci est plus prévisible, plus « stable » dans son comportement que les humains, avec lesquels la personne autiste a des problèmes d'interaction. L'ordinateur est donc plus rassurant, moins stressant. C'est une machine, on peut l'utiliser et le régler à loisir et selon ses besoins, c'est un répétiteur inlassable, on peut l'arrêter sans le vexer, sans se préoccuper de ses réactions. En outre, il est régulier, précis et exact. La tablette tactile, en tant qu’outil numérique, présente de nombreux avantages par rapport aux supports plus traditionnels (papier, matériel sur table), voire même à l’ordinateur. les personnes avec autisme sont plus aisément attirés vers ce support, et peuvent développer des aptitudes qui auraient été compliquées à apprendre sur table.

Handicap : une montre connectée pour les jeunes autistes

L’enfant autiste a donc besoin de repères ?
Oui, un enfant autiste a besoin de nombreux repères pour que sa journée se passe bien. D’ailleurs à Toulouse, avec l'intention d'aider son fils atteint d'autisme, Estelle Ast a imaginé WhatcHelp. Une application qui permet de ponctuer la journée de rappels et de questions auxquelles l'enfant peut répondre par oui ou non.

Qu’est ce qui a fait que cette maman décide de créer cette application ?
Cet outil est né d'un besoin personnel : "Lorsque Allan est rentré en classe de CE1, il a connu de gros blocages dans son apprentissage.ce qui a engendré sa déscolarisation. Il connaissait les bases, mais il avait du mal à assimiler les choses plus compliquées. [...] Sa mère a essayé d'imaginer ce qui pouvait le faire gagner en autonomie. Comme beaucoup d'enfants autistes, il est très accro aux supports numérique, l'idée de la montre connecté était née."

Comment et quand sera disponible WhatcHelp?
L'application est destinée à fonctionner sur une montre connectée, sous Androïd Wear, elle devrait être disponible fin janvier 2016. Le service sera accessible pour 2,90 euros par mois.

Quels sont les objectifs de l’application ?
L'application envoie des alertes et des rappels pour différentes tâches comme par exemple se laver, s'habiller avec la possibilité d'envoyer soit des images pour les plus jeunes et pour les personnes qui sont illettrés, soit du texte en gros caractères. La seconde fonction concerne l'organisation de la journée : la montre permet de consulter son planning et de savoir quels rendez-vous ont été pris pour la journée avenir. L'objectif est de rassurer l'utilisateur autiste. La troisième fonction permet d'anticiper des situations complexes : donner l'horaire du bus, ou demander si la personne est bien arrivée.

Cette appli ne s’adresse pas qu’aux personnes autistes ?
Non. Cette application s'adresse aussi à toutes les personnes qui souffrent de troubles cognitifs  pour "favoriser l'autonomie aussi bien des autistes que des personnes âgées, des hyperactifs, des personnes souffrant de trisomie 21, de la maladie d'Alzheimer, de la sclérose en plaques ou des victimes de lésions cérébrales".