© France 3 Picardie / Gontran Giraudeau
© France 3 Picardie / Gontran Giraudeau

L'amiante est une fibre minérale ignifuge très utilisée pour ses capacités d'isolant. Il est interdit en France depuis 1997. Cependant on en trouve partout dans les bâtiments construits avant cette date et plus de trois cents matériaux en contenant sont référencés, or il est hautement cancérigène.

Par Gontran Giraudeau

L'amiante est une fibre minérale naturelle massivement utilisée pendant plus d’un siècle, dans des milliers de produits à destination industrielle ou domestique, pour ses performances techniques remarquables associées à un faible coût.

Des expositions courtes et répétées à l’amiante peuvent provoquer de graves maladies respiratoires. Ces maladies se déclarent en moyenne 20 à 40 ans après le début de l’exposition.

Au cours des trente dernières années, l'amiante et ses conséquences sur la santé ont fait l'objet d'une prise de conscience croissante, notamment autour de la question du désamiantage et des chantiers médiatisés. Avec 50 à 80 kg par habitant, des millions de mètres carrés de toitures en amiante ciment, le « risque amiante » s'évère être un réel fléau. Depuis 1985, plus de 33 000 maladies professionnelles liées à l'amiante ont été reconnues.

On estime qu'en 2025, il y aura plus de 100 000 décès liés à l'amiante.


Les personnes pouvant être indemnisées via le Fonds d'Indemnisation des Victimes de l'Amiante (FIVA)
  • une victime dite « professionnelle » : personne exposée à l’amiante dans le cadre de son travail et dont la maladie a été reconnue d'origine professionnelle par un organisme de sécurité sociale
  • une victime exposée dans le cadre professionnel mais ne bénéficiant pas d'une prise en charge au titre de la maladie professionnelle
  • une victime dite « environnementale» : personne exposée à l’amiante en dehors du cadre professionnel, par exemple exposée sur son lieu de résidence, son environnement, par le contact avec des vêtements contaminés
  • le ou les ayants droit d’une victime décédée des suites de sa maladie liée à l’amiante : le conjoint, les enfants majeurs et mineurs, les petits enfants s’ils sont nés avant le décès de la victime, les frères et sœurs, les parents

Plus d'informations sur :
Santé - PIcardie Matin (02/12/2014)