• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE
© France 3 Picardie / Gontran Giraudeau
© France 3 Picardie / Gontran Giraudeau

Industriel et philanthrope, créateur des poêles en fonte Godin, Jean-Baptiste André Godin reste la figure marquante de la commune de Guise (02), où il avait installé son usine et construit son Familistère, un palais social pour les ouvriers.

Par Gontran Giraudeau

Né à Esquéhéries dans l'Aisne en 1817, Jean-Baptiste André Godin était le fils d'un serrurier. Il commence à travailler avec son père à 11 ans. Mais ce garçon ingénieux et imaginatif s'inscrit aux cours du soir et fait son « Tour de France » pour se perfectionner. Dès 1840, il se lance dans la production de poêles en fonte. C'est à cette époque qu'il découvre les théories de Charles Fourier, figure du « socialisme critico-utopique ».

Créateur d'un palais social pour ses ouvriers​

Jean-Baptiste André Godin s'installe à Guise en 1846, dans l'idée de réaliser, concrètement, le « phalanstère » rêvé par Charles Fourier : une sorte de cité idéale, qu'on appellera le Familistère de Guise. Le patron social veut que ses ouvriers soient bien, qu'ils vivent et travaillent dans les meilleures conditions possibles : il construit des logements lumineux, une crèche, une école, un économat, une bibliothèque, un théâtre, et même une piscine.

En 1870, le Familistère héberge 1500 ouvriers qui fabriquent 5000 poêles en fonte par an. En 1880, il transforme sa société en une coopérative de production qui fera perdurer le rêve de Jean-Baptiste André Godin jusqu'en 1968. Cette année-là, l'entreprise auto-gérée Godin, en difficultés financières, est rachetée par la société Le Creuset qui se sépare du Familistère et ne conserve que l'usine.



Le boum de la culture du lin dans l'Oise