En France, on est titulaire du permis à vie, sauf lorsque l'on devient malade. La loi oblige le conducteur à faire des démarches pour vérifier la validité de son permis. Voici les problèmes de santé qui peuvent le faire invalider.

Par France 3 Picardie

Une visite médicale est obligatoire :
  • pour toute personne qui s'inscrit dans une auto-école pour obtenir le permis du groupe lourd (poids lourds, super-lourds, transports en commun, remorque)
  • pour toute personne qui s'inscrit dans une auto-école pour obtenir le permis du groupe léger (voiture, moto etc.) et qui comporte une réponse positive au questionnaire de l'auto école (port de verre correcteur, présence d'une infirmité etc.)
  • pour tout possesseur des permis du groupe lourd : ces permis ont une validité périodique maximum de 5 ans jusqu'à 60 ans, puis 2 ans de 60 à 76 ans et de 1 an après 76 ans
  • pour toute personne qui a une afffection contenue dans le dernier arrêté en vigueur
  • pour toute personne qui commet certaines infractions : par exemple, la suspension du permis entraîne avant la restitution une visite médicale devant cette commission ; c'est au sujet à demander une convocation auprès de la préfecture dont il dépend.
  • le préfet peut demander à quiconque de passer devant une commission médicale primaire
En raison du secret médical, un médecin (généraliste, spécialiste, hospitalier...) ne peut informer un médecin des commissions médicales primaires qu'un sujet n'a plus la capacité à conduire (même s'il a une acuité visuelle égale à zéro).

Pour les personnes déjà titulaires du permis tourisme, il n’existe pas de dispositif permettant de contrôler l’aptitude à la conduite. Le médecin généraliste ne dispose d’aucun moyen coercitif pour interdire la conduite automobile à l’un de ses patients, même s’il estime que la pathologie dont il est porteur ou le traitement qu’il suit peuvent poser problème en termes de sécurité routière.

Pour autant, il doit impérativement alerter son patient sur les risques de la conduite compte tenu de sa maladie ou de son traitement. 

Les pathologies contre-indiquées
Certaines pathologies nécessitent l'avis d'un médecin agréé pour être apte à la conduite :
  • le diabète
  • les pathologies neurologiques ( épilepsie, après un AVC...)
  • l'apnée du sommeil
  • une pathologie coronaire sévère
  • une pathologie dégénérative etc.

En l'absence d'un examen par médecin agréé, le conducteur est considéré comme roulant sans permis : en cas d'accident avec des dommages corporels, les assurances peuvent se retourner devant le patient et donc ne pas le couvrir.