Nous naissons physiquement et affectivement dépendant de notre environnement. Mais attention, la dépendance affective est un sentiment différent de l'attachement et de l'amour. Explications avec la psychologue Eugénie Adam.

Par Julien Guéry

Dès la naissance, la séparation primaire de notre mère créé précocément un manque et des angoisses d’abandon. Très tôt nous ressentons donc le besoin d’être aimé et rassuré sur notre valeur. La personne dépendante va développer intensément ce besoin, au point d’éprouver de la souffrance s’il n’est pas satisfait.
La dépendance peut exister dans nos relations familiales, amicales, amoureuses ou même professionnelles. C’est un besoin d’amour et de réassurance tellement important qu’il nous rend dépendant de l’autre.

La dépendance affective née de la peur de perdre l'autre. Elle ne naît pas de son amour.

  • - C’est un sentiment de manque.
  • - Elle rythme la vie du dépendant ( angoisses, demandes, pensées...) .
  • - Elle cause une grande souffrance.
  • - Cela rend les liens affectifs étouffants.
  • - Elle résulte de plusieurs facteurs : innés, culturels, biologiques.

Le dépendant affectif est prêt à tout pour rendre l’autre heureux tant il a peur de perdre son amour.
Son comportement est souvent signe de :
  • Maltraitances dans l’enfance, de carrences affectives,
  • Manque d’estime de soi,
  • Manque de confiance en soi,
  • Angoisse de solitude, d’abandon
Pour en venir à bout, il faudra donc :
  • - Reconnaitre que l’on souffre de dépendance affective,
  • - Prendre conscience et accepter son histoire personnelle,
  • - Reconnaitre ses émotions,
  • - Travailler sur la confiance en soi et l’estime de soi (afin d’être capable d’assumer ses besoins et de les exprimer clairement. ).
Une relation saine repose avant tout sur deux personnes libres, capables de vivre l’une sans l’autre.