• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Malgré les croyances, manger plus riche ne permet pas de se protéger du froid. Mais les bons plats d'hiver ne sont nécessairement à bannir, car on y associe souvent les protéines, les légumes et les féculents.

Par France 3 Picardie

Historiquement, les hommes n'ont pas toujours été aussi bien armés contre le froid et pour eux, se nourrir plus qu'à l'accoutumée permettait de faire des réserves dans lesquelles le corps pourrait puiser si besoin. Mais de nos jours, ce n'est plus d'actualité car nous ne sommes plus exposés au froid de la même manière, sous nos latitudes du moins.

On associe certains types de repas en fonction des saisons :
  • l’été avec les barbecues, les salades composées et les apéritifs
  • l’hiver avec des plats plus gras, chauds et souvent en sauces (choucroute, bœuf bourguignon, cassoulet, blanquette de veau, tartiflette, raclette etc.)
Le splats d'hiver ne sont pas mauvais, il faut les manger de façon judicieuse en respectant l’équilibre alimentaire sur la semaine. On essaie de trouver des astuces pour certains d’entre eux pour réguler le nombre de calories. Exemple : pour une raclette, on peut y associer de la salade, des champignons, des petites tomates et choisir de la charcuterie peu grasse comme le jambon, la viande des grison, la coppa.

Il faut penser à bien équilibrer les repas pour fournir au corps ce dont il a besoin en ne négligeant pas les fruits et légumes, sources de vitamines et minéraux pour lutter contre les petits maux d’hiver. Il faut plutôt consommer les « plats d'hiver » à midi et favoriser les plats moins lourds le soir (ex : soupes faites maison).

Les règles de l’équilibre :
  • un repas gras par semaine et on régule le lendemain avec un repas plus léger
  • choisir les pièces de viandes peu grasses
  • ùettre beaucoup de légumes dans les  préparations
  • éviter de mettre trop de crème et de  beurre  dans les préparations de base
  • penser à dégraisser le bouillon des préparation si on veut le consommer le lendemain sous forme de soupe

Quand la baie de Somme était prise dans la glace en hiver 1954